13/12/2017
GFME
, maladie, origine

Accueil
Suite
Origine des gliomes et des glioblastomes





L'évolution des bas grades vers l'anaplasie (III) 50% ou glioblastome secondaire (IV) 50%

Les glioblastomes peuvent se développer rapidement à partir d'anomalies génétiques des astrocytes et oligodendrogliomes. Ils sont dit "de novo" et apparaissent en majorité vers 60 ans. Ils peuvent également se manifester plus lentement en passant par plusieurs stades intermédiaires, bas grade ou grade II (50%) ou II et III (50%), on parle alors de glioblastomes secondaires, en majorité vers 45 ans.

Comprendre l'origine des gliomes par la migration de cellules souches depuis la zone sous ventriculaire et l'intéraction fluide cérébro-spinal et zone sous ventriculaire
Glantz M, Kesari S, Recht L, Fleischhack G, Un Van Horn
Département de neurochirurgie, Penn State Hershey Medical Center, Hershey, PA 17033-0859, USA. mjg@massmed.org

Le glioblastome multiforme est la plus fréquente des tumeurs cérébrales malignes primaires chez les adultes, avec un mauvais pronostic de survie médiane généralement inférieure à 1 an. Même si la chirurgie initiale retire la totalité de la tumeur, la récidive de la maladie est inévitable, généralement dans les 2 cm de la tumeur d'origine. Cela peut être dû à l'échec des thérapies actuelles pour éradiquer des cellules progénitrices néoplasiques, résistantes à la chimiothérapie et la radiothérapie qui peuvent alors repeupler les tumeurs. Un nombre croissant de données précliniques suggèrent que ces cellules correspondent à des cellules souches provenant de la zone sous-ventriculaire (SVZ), qui migrent vers les sites de la tumeur et contribuent à la croissance du gliome et à sa récurrence. Le ciblage thérapeutique de cette zone SVZ des populations de cellules souches via le liquide céphalorachidien (LCR) peut fournir un moyen de limiter les récidives tumorales. Cette approche a fait ses preuves dans le traitement du médulloblastome, une autre tumeur au cerveau dérivées de cellules souches. Nous discutons actuellement de la logique et des considérations pour concevoir un essai clinique visant à évaluer l'efficacité d'une thérapie dirigée vers le LCR pour prévenir les récidives de glioblastomes.
Août 2009, Pubmed n°19660679
L'original en ligne

Les tumeurs de cerveau expliquées par des expositions périnatales aux infections (grippe, rougeole) ou de vieilles radios dentaires

Actualité n° 38 

Des études concordantes donnent une explication à l'origine des tumeurs de cerveau

On le pensait depuis longtemps mais l'origine des tumeurs a probablement un lien étroit avec des infections de la mère pendant la grossesse ou autour de la période de la naissance. Une mère avec une infection, une fontanelle qui se ferme mal au risque de s'infecter, le risque de développer une tumeur est grand.

Br J Cancer. 23 septembre 2002 ;87(7):746-50. 
Les tumeurs de cerveau seraient liées à des infections périnatales (rougeole et grippe) 

Auteurs : Dickinson HO, Nyari TA, Parker L., Unité de Recherche du Cancer d'Enfants d'Angleterre, Département d'Enfant Health, Université de Newcastle, Victoria Infirmary Royale, Reine Victoria Road, Newcastle sur Tyne NE1 4LP, ROYAUME-UNI. 
Résumé 
Dans une étude rétrospective sur 99.976 naissances dans le district de Cumbria (Angleterre), sur la période 1975-1992, nous avons enquêté pour savoir si de plus hauts niveaux d'infections dans la société pendant la grossesse de la mère et dans la vie précoce étaient un facteur de risque pour des tumeurs solides (cerveau, système nerveux et autres tumeurs). Chez des enfants de moins de 15 ans diagnostiqués sur la période 1975-1993. Il y avait un risque augmenté de tumeurs de cerveau, système nerveux chez les enfants exposés autour, avant ou tout de suite après la naissance à plus hauts niveaux d'infections de la société, en particulier la rougeole et la grippe. Il y avait autour de la naissance une évidence d'association entre une exposition aux infections après la naissance et le risque d'autres tumeurs. Les conclusions sont logiques avec d'autres études épidémiologiques récentes qui suggèrent que les tumeurs de cerveau peuvent être associées avec une exposition périnatale aux infections. On a aussi constaté que les malades nés en hiver, période des virus dont celui de la grippe, étaient les plus nombreux.
Pubmed : 12232758

Les radiographies dentaires effectuées il y a 15-40 ans pourraient être associées au risque de méningiome intracrânien
Actualité n° 79
Société américaine du Cancer 2004 Jr, le Phillips, Drangsholt M, Koepsell TD, Custer BS, Gehrels JA, van Belle G de Longstreth. Département de neurologie, école de la médecine, université de Washington, Seattle, Washington, Etats-Unis wl@u.washington.edu 
Les radiographies dentaires pourraient est une cause probable du meningiome intracrânien. Les auteurs ont déterminé que le risque de méningiome intracrânien pouvait être associé aux rayons X dentaires passés, aux radiographies instantanées postérieures, aux radiographies céphalométriques et aux panoramiques latérales. 
Méthodes :
Les auteurs ont entrepris une étude basée sur la population de l'État de Washington200 patients de cas ayant eu un méningiome intracrânien confirmé histologiquement entre janvier 1995 et juin 1998 ont fait partie de l'enquête. Les auteurs ont consulté les fichiers de l'assurance maladie pour désigner de façon aléatoire un groupe témoins de même âge et même sexe que le groupe des 200 patients. L'enquête a été faite par interview direct.
Résultats :
Des 4 procédures dentaires de rayon X évaluées, seule la série des patients ayant subi des radiographies des dents "pleine bouche" a été associée sensiblement à un plus grand risque de méningiome (rapport 2 fois, fiabilité de 95%. Cependant, l'évidence pour d'une relation entre le nombre de radiations et le risque manquait. Le risque a été plus élevé dans la série des radiations "pleine bouche" dans des périodes de dix ans faites approximativement 15-40 ans avant le diagnostic, avec des amplitudes importantes dans les périodes de dix ans commençant 22-30 ans avant diagnostic. Les risques dans ces analyses étaient encore plus grands quand seulement des femmes ont été considérées. 
Conclusions : 
Les rayons X dentaires impliquant des séries de pleine-bouche effectués il y a 15-40 ans, quand l'intensité de exposition de la radiation de la série de pleine bouche était beaucoup plus importante qu'aujourd'hui ont été associées à un plus grand risque de méningiome. Les auteurs n'ont pas observé un risque accru avec des radiographies instantanées, des radiographies céphalométriques et et panoramiques latérales. 

Société De Cancer D'Américain De Copyright 2004. 

Qu'est-ce que le cancer ?
Le cancer est une maladie qui affecte la croissance et la division cellulaire normales de certaines cellules de l'organisme. Les cellules sont les unités constitutives de tous les organes et tissus de l'organisme. La plupart des cellules peuvent se diviser et ainsi former deux cellules filles. Ces deux cellules filles vont ensuite se développer et atteindre la taille de la cellule mère. Ce processus de division cellulaire (ou mitose) est nécessaire pour remplacer les cellules usées ou les cellules perdues lors de lésions ou de maladies. L'organisme assure un contrôle strict de la division cellulaire ; cependant, pour diverses raisons complexes qui ne sont aujourd'hui que partiellement expliquées, il arrive qu'une cellule spécifique échappe aux contrôles de notre organisme. Ce phénomène est rare et va entraîner une multiplication anarchique de cellules, appelée tumeur. Les médecins qualifient la tumeur de maligne si elle a la faculté de migrer à distance ou si, en se développant, elle détruit les tissus sains environnants. Une tumeur ne remplissant pas ces conditions est moins dangereuse et est qualifiée par les médecins de tumeur bénigne. Le cancer est une maladie désignant la présence d'une ou de plusieurs tumeurs malignes dans l'organisme.Les facteurs génétiques.

Le glioblastome est un cancer du cerveau
Un glioblastome ou gliome malin est une tumeur maligne du cerveau provoquée par une multiplication anarchique des cellules gliales. Cette anarchie se traduit dans le nombre des cellules mais aussi dans leur structure.

Les causes du glioblastome
Dans la très grande majorité des cas, la cause des tumeurs cérébrales est encore inconnue. L'hypothèse est que des cellules normales subissent des altérations de certains gènes qui contrôlent normalement le cycle de division de la cellule. Il en résulterait une prolifération cellulaire non contrôlée. Il s'agit soit de l'activation d'oncogènes, soit de l'inactivation de gènes suppresseurs de tumeurs. Le mécanisme exact à l'origine de ces altérations n'a pas encore été élucidé. A de très rares exceptions près les tumeurs cérébrales ne sont pas héréditaires. De même, il n'a pas été établi à ce jour de relation entre tumeurs cérébrales et facteurs environnementaux (en particulier lignes à haute tension, téléphone portable, pesticides...). A l'heure actuelle, il n'existe aucun moyen permettant d'anticiper ou d'empêcher l'apparition d'une tumeur cérébrale. Il n'y a aucun risque de contagion.

Une altération génétique
La division cellulaire est contrôlée par deux types de gènes, suivant le type de protéine qu'ils expriment. Les uns -appelés oncogènes- codent pour des effecteurs du cycle cellulaire: facteurs de croissance, récepteur des facteurs de croissance ou toute autre molécule qui va transmettre au noyau de la cellule un message de division (signal mitotique). Les autres -appelés anti-oncogènes ou gènes suppresseurs de tumeur- codent pour des molécules qui vont au contraire bloquer la transmission de ce signal mitotique. La croissance tumorale résulte en grande partie du déséquilibre entre ces deux types d'effecteurs, par inactivation des deux copies chromosomiques d'un gène suppresseur de tumeur, ou par activation d'un oncogène. L'inhibition de la transmission du signal constitue un objectif majeur de la recherche sur les tumeurs cérébrales. On connaît maintenant un bon nombre des altérations génétiques impliquées dans les tumeurs cérébrales. L'enchaînement de ces altérations génétiques est à l'origine de la progression tumorale, certains gènes étant altérés de façon précoce, d'autres intervenant plus tardivement au cours de l'évolution. En outre, les altérations génétiques diffèrent suivant le type de tumeur considérée. L'identification de ces altérations causales dans le processus de tumorigénèse permet d'élaborer des stratégies thérapeutiques ciblées.

Les anomalies génétiques des gliomes
Les voies de progression des gliomes, marquées par la survenue de différentes altérations génétiques- inactivation de gènes suppresseurs de tumeur (identifiés comme p53, p16, ou Pten ou non identifiés mais localisé sur les chromosomes 1p et 19q) ou activation d'oncogènes (comme le R-EGF) permettent une classification moléculaire des gliomes.

Intérêt clinique d'une classification moléculaire des tumeurs cérébrales
Jusqu'à aujourd'hui, le diagnostic de certitude repose sur l'analyse morphologique, en microscopie, d'un fragment de tumeur prélevé lors de l'intervention. Si le diagnostic de tumeur est généralement aisé, l'identification précise du type tumoral (par exemple entre astrocytome et oligodendrogliome) ou de son degré d'évolutivité est souvent beaucoup plus délicat.
Il est maintenant bien établi dans le cas des gliomes (astrocytomes et oligodendrogliomes) que le profil moléculaire (génétique) permet une caractérisation plus précise. En outre celle-ci peut avoir des conséquences cliniques importantes pour les patients car certains profils moléculaires peuvent être prédictifs de réponse au traitement. La meilleure illustration en est la perte des chromosomes 1 (sur le bras court) et 19 (sur le bras long) dans les oligodendrogliomes. Ces pertes de matériel génétique qui suggèrent dans ces régions chromosomiques, l'existence de gènes suppresseurs de tumeurs non encore identifiés, apparaissent prédictives d'une meilleure réponse au traitement et en particulier à la chimiothérapie.
D'autres études de corrélation sont en cours et il est vraisemblable que les données moléculaires feront, dans l'avenir, partie intégrante du diagnostic des tumeurs.

 

Page générale