14/08/2006
GFME 173
Accueil
Suite
 



Les infections ont pu contribuer aux tumeurs de cerveau d'adulte

Actualité n° 173

Actualité précédente 172

Actualité suivante 174

14/08/2006
Une équipe britannique et hollandaise
a analysé les données d'une base de tumeurs de cerveau d'adultes diagnostiqués chez des patients de la province du Brabant Septentrional aux sud des Pays Bas entre 1983 et 2001.
Ils ont trouvé des faisceaux de convergences des gliomes, chez la moitié environ de toutes les tumeurs de cerveau, à différents intervalles de temps dans différents endroits géographiques.

Ces espaces temps où l'on retrouve le plus de gliomes semble indiquer un modèle typique de maladie provoqué par des infections, ajoutant aux arguments théoriques que des virus sont une cause contributive potentielle aux tumeurs de cerveau. Les maladies provoquées par des facteurs environnementaux plus constants, tels que la pollution, produisent des faisceaux de cas dans un endroit sur une période beaucoup plus longue de temps.

Cependant, les résultats de l'équipe de recherche sont trop prématurés pour indiquer exactement que les infections pourraient en être la cause.

Les résultats, publiés aujourd'hui 14/08/2006 dans le journal européen du Cancer, peuvent potentiellement être une étape vers des mesures préventives contre le cancer mais peuvent également avoir comme conséquence un meilleur traitement.

Le Dr. Richard McNally, de l'école de l'université de Newcastle des sciences médicales cliniques, a précisé qu'on connait peu de choses sur la cause des tumeurs de cerveau et que la recherche effectuée peut permettre d'en savoir plus au sujet de cette maladie.

« Nous avons trouvé un regroupement de nombreux cas à l'Est de la province que nous avons étudiée, et nous pensons qu'elle pourrait être liée avec l'étendue des infections. »

Cependant, les chercheurs précisent que les gens ne peuvent pas comme cela attraper le cancer. Les infections sont seulement responsables du déclenchement des cancers chez un petit nombre d'individus génétiquement susceptibles de développer la maladie.

L'équipe a regardé des données des Cancer de la ville d'Eindhoven. Ils ont analysé des résultats à l'Est et à l'Ouest de la province sur 5000 kms carrés séparément. Ils ont trouvé un endroit à l'Est où beaucoup de cas se sont produits en même temps chez les hommes et des femmes en 15 ans mais pas à l'Ouest. 7% de plus de cas de tumeur cérébrale ont été observées pour se produire dans ces espaces temps que la moyenne aléatoire.

C'est la première étude effectuée sous forme statistique dans des tumeurs de cerveau chez les adultes adultes.

Les résultats de ce travail sont conformes à la première recherche effectuée par le Dr. McNally sur le cancer pédiatrique dans le Nord-Ouest de l'Angleterre. Ceci avait déjà été découvert dans les études sur 2 types de cancer d'enfants, la leucémie et les tumeurs cérébrales, ces évènements ont tendu à se produire ensemble aux mêmes heures et aux mêmes endroits géographiques.

Le Dr. McNally, qui travaille également avec l'école de l'université de Newcastle sur la population et les sciences de santé, a ajouté que la prochaine étude devrait essayer d'identifier les types d'infections spécifiques qui pourraient potentiellement être le déclencheur. Si ceux-ci sont trouvés, cela pourra mener à de futures mesures préventives. »

Le Dr. John, directeur médical du Royaume-Uni de la recherche sur le cancer, a indiqué que les tumeurs cérébrales sont rares, moins de 2% de tous les nouveaux cancers d'adulte diagnostiqués au Royaume-Uni tous les ans. Mais ces résultats suggèrent un lien possible entre l'infection et ces types de la maladie mais n'en fournissent nullement la preuve.

Source : Université de Newcastle sur Tyne, 2006

Accueil