13/12/2017
GFME
, espoirs

Accueil
Suite
Suditinib ou Sutent (Pfizer)

 

Sunitinib

Sunitinib dans le traitement des gliomes, résultats chez le rat
Rapporté par Emilie Le Rhun (Lille) d’après
Sunitinib Inhibits Glioma Growth by Blocking Progenitor Cell Recruitment
AM Tannenbaum
SNO 2009 – La Nouvelle Orléans – 22-24 octobre 2009
Voilà un essai précliniques intéressant car on s'attaque aux précurseurs des tumeurs. Une capacité à recruter des cellules gliales non tumorales progéniteurs par stimulation paracrine dans les tissus voisins a été montrée dans les modèles de glioblastomes. Ce recrutement contribue à la croissance tumorale et constitue donc une cible thérapeutique. En infectant les cellules gliales progéniteurs par un rétrovirus exprimant le PDGF on accélère la transformation en glioblastome possédant à la fois des cellules infectées par le rétrovirus et à la fois des cellules non infectées par le rétrovirus. Dans cette étude, le sunitinib, inhibiteur des TK, a été administré oralement chez des animaux porteurs de tumeurs. Un rétrovirus exprimant le PDGF a été injecté à des rats adultes dans la substance blanche sous corticale. Les animaux étaient ensuite traités soit par sunitinib oral à 20 mg/kg, soit par placebo. Un suivi était réalisé jusqu’à progression tumorale. Des analyses histologiques avec immunofluorescence étaient alors réalisées sur les cerveaux des rats, afin d’évaluer la taille de la tumeur, le grade, l’index de prolifération et les cellules gliales progéniteurs. Des corrélations étaient réalisées avec la survie. Les animaux traités par sunitinib avaient une survie significativement meilleure avec des moyennes de survie de 55,6 jours dans le groupe sunitinib versus 17,4 jours dans le groupe placebo. Les tumeurs des rats traités par sunitinib avaient significativement moins de cellules progéniteurs recrutées et une réduction marquée de l’index de prolifération. On notait également moins de prolifération vasculaire et une absence de nécrose en pseudo palissade.
Le sunitinib semble donc bloquer efficacement les cellules gliales progéniteurs qui contribuent à la croissance et à la progression tumorale.

Sunitinib ou Sutent de Pfizer
Sunitinib ou Sutent a été validé dans les cancers de l'estomac, de l'intestin et plus précisément sur les tumeurs stromales gastro-intestinales (GIST) malignes non résécables et/ou métastatiques, en échec ou intolérance au Glivec. Sutent est également indiqué dans le traitement des cancers du rein avancés et/ou métastatiques (MRCC) après du traitement par Interféron alpha.
Pour l'instant il est en essai sur les gliomes malins en récidive.
Les essais cliniques en cours sur les gliomes pour patients ne prenant pas d'antiépileptiques ou seulement des antiépileptique non enzyme induisant ni de corticoïdes.
-Phase II (Lee Moffit Tampa Floride) pour glioblastome en récidive et AA III.
-Warren Grant Magnuson Clinical Center, Bethesda MD, phase II sur gliomes malins en récidive

Octobre 2007, journal de neuro-oncologie
Effet anti-angiogénique et anti-invasif du Sunitinib sur le glioblastome humain expérimentalin expérimental.

Centre François Baclesse, Universié de Caen Basse-Normandie
Les inhibiteurs de l'angiogenèse semblent être des thérapies prometteuses pour les tumeurs très vascularisés comme le glioblastome. Le sunitinib est un inhibiteur oral multi-cible inhibiteur de la tyrosine kinase, anti-angiogénique et avec des activités anti-tumorale due à l'inhibition sélective des récepteurs tyrosine kinase, y compris ceux qui sont importants pour l'angiogenèse (VEGF et PDGF). Ici, nous avons évalué l'activité antitumorale du Sunitinib sur des modèles orthotopiques de glioblastome in vitro et in vivo. Le sunitinib a puissamment inhibé l'angiogénèse stimulée par l'implantation des cellules tumorales U87MG et GL15 en tranches de cerveau organotypique à des concentrations aussi faibles que 10 nm. A dose élevée (10 microM), Sunitinib a induit directement des effets anti-prolifératifs et pro-apoptotiques sur les cellules GL15 et une diminution de l'invasion de ces cellules implantées dans des tranches de cerveau de 49%. Le traitement a été associée à des baisses de Src (35%) et la baisse de la phosphorylation de la kinase d'adhésion focale (44%). Toutefois, l'activité anti-invasive n'a pas été observée in vivo au plus haut niveau de la dose utilisée (80 mg / kg par jour). La survie des souris avec les xénogreffes de cellules tumorales U87MG et administration orale de Sunitinib de 80 mg / kg (5/7 jours) n'a augmenté la survie médiane que de 36%. Le sunitinib a entrainé une réduction de 74% de la densité microvasculaire, une augmentation de la nécrose tumorale, et une diminution du nombre de cellules de glioblastome positif pour les anticorps MIB. Le sunitinib présentait une activité anti-angiogénique puissante qui a été associée à un allongement significatif de la survie des souris porteuses de glioblastome intracérébral. Ces données justifient l'utilité potentielle du sunitinib dans le traitement des glioblastomes.


Page générale