24/03/2021
GFME, connaissances coronavirus
Page accueil
Suite
Les chauve-souris chinoises à l'origine de la pandémie de COVID-19

Chauve-souris

Cliquer pour agrandir

La chauve-souris un animal sympathique, peut-être à l'origine de la COVID-19 avec les visons.

Le seul mammifère capable de voler, 1/5 des mammifères du globe
La chauve-souris est un animal hybride, invisible en plein jour, c’est le seul mammifère capable de voler. En Chine, la chauve-souris est symbole de bonheur et de longévité  “chauve-souris” se dit “biān fú” et le terme “fú” peut signifier “prospérité”. La chine possède des réserves inépuisables de charbon qu'elle vend surtout à l'Europe. Leur longévité, jusqu’à 40 ans, en a aussi fait un ingrédient de choix dans la médecine traditionnelle chinoise, notamment contre l’asthme et les affections rénales. Sa viande est même consommée dans certaines zones tropicales d’Asie et du Pacifique. Grâce à son système immunitaire incroyablement efficace, elle transporte de nombreux virus pathogènes sans être elle-même affectée.  La perturbation de son habitat naturel, son commerce ont déclenché plusieurs épidémies en quelques décennies. Il existe plusieurs variétés de chuave-souris, des insectivores capable d'avaler 500 moustiques en une seule nuit et autant de piqures en moins pour nous. Il y a des frugivoves aussi. La Chine est un pays qui creuse son sous-sol avec frénésie, charbon mais aussi or. Récemment une exploqion dans une mine d'or a fait 8 mort. Ces mines de charbon ou d'or sont des nichoirs pour des milliers de chauve-souris en attendant la nuit pour aller se réalimenter. Au début de la pandémie en Chine, 6 mineurs sans précision, charbon ou autres sont pris de malaise, le diagnostic, le virus Sars-Cov-V2. 3 mineurs décèdent et 3 survivent. On adresse les échantillons à Yuyan, dont le marché vend de nomreuses chauve-souris. Les échantillons ont disparu et le marché est toujours fermé. Yuhan a repris sa vie normale. Une enquète de l'OMS est arrivée en Chine pour trouver l'origine de la pandémie, une mine de charbon laissée à ciel ouvert devenue un nichoir de chauve-souris ou le marché de Yuhan.
L'OMS veut connaître l'origine de cette pandémie, mais en Chine on ne fait pas ce que l'on veut. Ce que l'on sait c'est que le laboratoire de

Un "oiseau impur"

Mais en Occident, la chauve-souris est diabolisée justement pour ses caractéristiques hors-norme. Dans la Torah par exemple, la chauve-souris est considérée comme “un oiseau impur à la consommation”. Son nom vient d’ailleurs de ses mœurs nocturnes, en grec "cawa sorix" qui signifie la chouette souris. Pour le chiroptérologue Jean-François Julien, “elles occupent un créneau qui est un peu délaissé par les oiseaux. La nuit, c’est un abri contre les regards, les regards des prédateurs, en particulier les oiseaux”. Mais sa préférence pour les ténèbres et la nuit est perçue comme une malédiction. Ovide raconte que l’une des filles du roi Minyas fut punie et changée en chauve-souris pour avoir refusé de célébrer Dionysos. Son hybridité entre oiseau et mammifère en fait un animal contre-nature et maudit. Cette hybridité lui confère dans les récits un caractère duplique et fourbe qu’on retrouve dans les fables d’Esope et de La Fontaine. La chauve-souris est considérée comme le double maléfique de l’hirondelle et classée dans le bestiaire satanique par l'Église. Démons, gargouilles et créatures du diable sont affublées de ses ailes sans plumes. 

Responsable de tous les maux

Au Moyen Âge, on prête de nombreux maux à la chauve-souris, elle serait responsable de stérilité, de calvitie et de cécité. On pense aussi qu’elle s’accroche dans la chevelure des femmes. Jusqu’au XIXe siècle, des paysans clouent des chauves-souris sur leur porte pour éloigner le mauvais sort. L'animal ferait d'ailleurs partie de la pharmacopée des sorcières. Lorsque les Lumières se diffusent en Europe au XVIIIe siècle, la chauve-souris reste un symbole d’obscurantisme et d’ignorance. Au XIXe siècle, des naturalistes européens rapportent des comportements hématophages chez des spécimens d’Amérique du Sud. Des chauves-souris “vampires” qui avaient même inspiré un dieu sanguinaire chez les Mayas : Camazotz. Ces récits de voyage inquiétants et exagérés influencent Bram Stoker dans l’écriture de son roman Dracula, en 1897. L'héritage gothique et obscur de la chauve-souris s’incarne pleinement dans le comte Dracula. 

La chauve-souris fait peur mais nous protège des moustiques
La peur de la chauve-souris s’atténue dans les années 1940, avec un héros de comics : Batman. Batman incarne un retournement positif de la phobie de la chauve-souris. Le jeune Bruce Wayne parvient à vaincre sa propre peur de l’animal et l’utilise comme une force pour terroriser ses adversaires. Comme la chauve-souris, Batman est insaisissable, indomptable et incorruptible. En quelques décennies, les populations de chauves-souris ont été décimées par les pesticides, la déforestation, l’étalement urbain. Son rôle vital au sein de la biodiversité est mis en avant. Mangeuse de nuisibles, elle régule les populations de moustiques et pollinisent les fruits et les fleurs. Mais elle continue de souffrir d’une mauvaise réputation. Je pense qu'après la pandémie de COVID-19 nous regarderons la chauve-souris différemment.En pleine psychose collective autour de l’épidémie de Coronavirus, les chauve-souris sont revenues sur le devant de la scène épidémiologique, étant accusées une nouvelle fois d’être le réservoir de ce nouveau virus qui a franchi la barrière des espèces, après tant d’autres, le SRAS, mais aussi la fièvre hémorragique Ebola, Marburg et j’en passe. Les chauve-souris sont pourtant un maillage essentiel de la biodiversité, un groupe extrêmement diversifié et nombreux puisqu’elles représentent à elles seules un cinquième des mammifères du globe et sont aujourd’hui, comme tant d’autres, menacées par les activités humaines et la destruction de leur habitat.

Chauve-souris : les ailes du virus SARS-COV-V2 ?
En pleine psychose collective autour de l’épidémie de Coronavirus, les chauve-souris sont revenues sur le devant de la scène épidémiologique, étant accusées une nouvelle fois d’être le réservoir de ce nouveau virus qui a franchi la barrière des espèces, après tant d’autres, le SRAS, mais aussi la fièvre hémorragique Ebola, Marburg et j’en passe. Les chauve-souris sont pourtant un maillage essentiel de la biodiversité, un groupe extrêmement diversifié et nombreux puisqu’elles représentent à elles seules un cinquième des mammifères du globe et sont aujourd’hui, comme tant d’autres, menacées par les activités
humaines et la destruction de leur habitat.

La retructuration des mines de charbon chinoises pour produire plus de charbon
Il est curieux de constater la coincidence des dates du début de la pandémie, novembre 2020 et la décision des autorités chinoises de mettre fin aux nombreuses petites sociétés minières de charbon très endettées pour de grosses sociétés très équipées pour produire plus, toujours plus car leurs réserves sont inépuisables. Ces petites sociétés ruinées pouraient avoir eu l'idée de vendre alors sur le marché de Yuhan des chauves souris trouvées dans leur nichoir des mines désertées. 6 mineurs ont été les premiers avec le Covid.

Le virus du Covid-19 s’est-il échappé du laboratoire P3 (sans scaphandre) de Wuhan qui étudiait le virus  ?
Tout ce que l'on sait c'est que les chercheurs de ce laboratoire travaillaient sur ce virus et utilisaient des chauve-souris qu'ils allaient chercher les chauve-souris dans une mine de charbon désaffectée située à 1000 kilomètres de Wuhan. Cette mine est désormais inaccessible et sous haute surveillance. Un chercheur ou plusieurs ont ils pu être contaminés par un matériel défectueux ou un non respect des règles stictes de sécurité.

Et qu'en est-il de nos vieilles mines de charbon ?
Pourquoi les régions françaises les plus touchées aujourd'hui par la pandémie de Covid sont-elles pour la plupart celles des anciennes mines de charbon ?

Des élevages de visons en Espagne, en Italie et en France dans le viseur et pourraient être à l'origine de la pandémie
Quand le 5 mars 2021, en Haute Saône deux conjoints touchés par le Covid déclinent leur profession, éleveurs de 2000 visons en Haute Saône, on pense que les visons aient pu être contaminés par les éleveurs, on abat les visons. Dans les 3 autres élevages en France on s'est contenté de surveiller. Ces visons, des mustélidés sont sensibles au Coronavirus et sont présents massivement en Chine. On pense que les visons auraient joué le rôle de passeur entre la chauve-souris et l'homme. Le plus inquiétant est que des chercheurs estiment que 2 élevages l'un en Italie, l'autre en espagne pourrait être à l'origine des vagues épidémiques ayant déferlé sur l'Europe. On accuse peut-être à tort La Chine. D'autres élevages de nos petits hamsters, de furets sont actuellement très surveillés. Faut-il vacciner en priorité ces éleveurs ?

La Pologne déjà un cluster de covid en 2020
Par Gabriel Nedelec
Publié le 8 juin 2020 à 13:06Mis à jour le 8 juin 2020 à 16:21
Mines et coronavirus ne font pas bon ménage. Face à l'explosion du nombre de cas d'infection chez les mineurs, la Pologne a décidé d'interrompre en urgence le fonctionnement de 12 mines de charbon . Dans le pays, la région de Silésie, où se trouve la plupart des installations d'extraction, est devenue l'épicentre de l'épidémie. Et, bien que la Pologne ait mieux résisté que le reste de l'Europe, le pays ne parvient pas à faire baisser sa courbe de contamination.
Ce week-end, Varsovie a même dû annoncer un nouveau record, avec 576 infections samedi puis 575 ce dimanche, contre un précédent plus haut à 556, enregistré à la mi-mai. Or, sur les deux jours, 60 % de ces nouvelles contaminations ont été observées dans une seule et même mine, celle de Zofiowka, situé à la frontière avec la République Tchèque, gérée par la compagnie JSW.



Page index