30/05/2019
GFME ASCO 2018/61-64 et fin
Page accueil
Suite Asco 2018
ASCO 2019 présentations n°2061-n°2064 et fin des tumeurs de cerveau


Logo GFME

Asco 2019
2061-Les patients présentant un oligodendrogliome présentent-ils un risque plus élevé de neurotoxicité par rayonnement ?

Auteur (s): Ahmad Haroon, Sohil H. Patel, Joseph Donahue, M. Beatriz Lopes, Benjamin Purow, David Schiff, Camilo E. Fadul; Université de Virginie, Charlottesville, VA; Université de Virginie, Charlottesville, VA Etats-Unis

Contexte : La neurotoxicité (RN) de rayonnement symptomatique, qui se manifeste à l'IRM sous la forme d'une nécrose focale et / ou d'une anomalie du signal T2, est une complication redoutée de la radiothérapie (RT). Bien que la radiothérapie soit la norme de traitement des gliomes anaplasiques, le profil bénéfice / risque à long terme des gliomes de bas grade n'est pas bien défini. Les patients atteints d'oligodendrogliome ont une meilleure survie globale que ceux atteints d'astrocytome. De manière anecdotique, ils sont plus enclins à expérimenter une RN que des astrocytomes, comme suggéré par Acharya et al. En 2017. Nous avons émis l'hypothèse que, indépendamment du grade, les oligodendrogliomes ont une incidence de RN plus élevée par rapport aux astrocytomes. 

Les méthodes :
Nous avons examiné les dossiers de 628 patients atteints de gliomes de grade II et III selon l'OMS provenant de notre établissement. La population de l'étude comprenait 326 patients avec: RT fractionnée standard, confirmation de la pathologie par un neuropathologiste et suivi d'au moins 2 ans après le diagnostic. RN était défini comme étant histologiquement confirmé par la pathologie ou nécessitant une intervention pour une RN supposée cliniquement (bevacizumab ou stéroïdes à forte dose). Une catégorie distincte incluait les patients présentant un déclin cognitif spectaculaire avec une anomalie accrue du signal T2, en l'absence ou une progression tumorale. 

Résultats :

Il y avait 131 patients avec oligodendrogliome, basé sur la co-délétion 1p / 19q (105 cas) ou l'histologie en l'absence de test moléculaire (26 cas). Les 195 patients restants présentaient un astrocytome avec un type sauvage intact de 1p / 19q, de l'isocitrate déshydrogénase (IDH) ou un test moléculaire histologiquement absent diagnostiqué. L'incidence de RN était respectivement de 18,3% et 8,2% pour les oligodendrogliomes et les astrocytomes (p = 0,0063). Quatre autres patients avec un oligodendrogliome et deux avec un astrocytome présentaient une détérioration cognitive significative avec une anomalie du signal T2 accrue, sans progression tumorale. Conclusions:L'augmentation de plus de deux fois l'incidence des RN chez les oligodendrogliomes est significative et suggère que les patients avec des oligodendrogliomes pourraient être plus à risque de développer une RN. Par conséquent, chez les patients atteints d’oligodendrogliome, il faut peser le risque de RT fractionnée par rapport au potentiel accru de RN. L'analyse des variables de base relatives à l'imagerie et aux caractéristiques des patients en corrélation avec le développement de l'IA est en cours et sera présentée à la réunion.

Source

Asco 2019
2062-Étude de phase I sur les cellules progénitrices hématopoïétiques (HPC) transfectées par MGMT-P140K, associée à une augmentation progressive de la dose de TMZ / O6BG pour le glioblastome non méthylé non-méthylé MGMT récemment diagnostiqué: tolérance et évidence de bénéfice de survie.

Auteur (s): Andrew E. Sloan, Lisa Roger, Chris Murphy, Jane Reese, Hillard M. Lazarus, Boro Dropulic, Stanton L. Gerson; Centre médical de cas de l'hôpital universitaire, Cleveland, OH; Hôpitaux universitaires, Cleveland, OH; Seidman Cancer Center, Cleveland, OH; École de médecine de l'Université Case Western Reserve, Cleveland, OH; Hôpital universitaire de Cleveland, Cleveland, OH; Lentigen Technology Inc., une société Miltenyi Biotec, Gaithersburg, MD; Case Comprehensive Cancer Center, Université Case Western Reserve, Cleveland, OH Etats-Unis

Contexte :
Le
 GBM est la tumeur maligne du cerveau la plus répandue, avec une survie médiane de 15 mois malgré la chirurgie et la radiochimiothérapie. Le mécanisme le plus important de la résistance à TMZ est le gène de la O 6 -méthylguanine-ADN méthyltransférase (MGMT) qui répare la méthylation de l'ADN induite par le témozolamide. L'inhibiteur MGMT O 6 -benzylguanine (BG) ont démontré l' efficacité en appauvrissant MGMT et en maximisant la réponse tumorale au cours des essais cliniques de phase précoce. Cependant, l’expression de MGMT étant également faible dans les cellules hématopoïétiques, cette approche a conduit àtoxicité inacceptable de la moelle osseuse et a donc été abandonné. Nous avons émis l'hypothèse que la chimioprotection de l' HPC hématopoïétique avec un mutant MGMT (MGMT-P140K) caractérisée par une activité normale de la méthyltransférase, associée à une faible affinité pour la glycémie, maximiserait la réponse antitumorale tout en permettant aux patients de tolérer une augmentation de la dose de TMZ & BG avec une toxicité minimale. Un essai de phase I a été réalisé pour vérifier cette hypothèse. 

Méthodes : 
10 adultes atteints de MGMT non méthylée nouvellement diagnostiquée, IDH-1 WT, GBM ont subi une chirurgie et une radiothérapie standard, suivies d'une transplantation de CD34 + autologueHPC conçu pour exprimer MGMT-P140K en utilisant un vecteur lentiviral. Nous avons testé la tolérance et l'efficacité de trois paradigmes différents pour le conditionnement de la moelle osseuse et la réinjection de HPC. Pour évaluer la chimioprotection, la numération sanguine et le marquage transgénique des patients ont été contrôlés pendant et après le traitement, de même que la toxicité, la réponse, la survie sans progression et la survie globale. 

Résultats :

Le traitement a été modérément toxique chez 3 patients sur 10 présentant une toxicité hématologique de grade 3 ou 4; aucune toxicité non hématologique élevée n'a été observée. Les taux de transduction virale allaient de 3 à 75% et étaient nettement améliorés dans le bras III en utilisant le conditionnement de BCNU et l’augmentation de la dose intra-patient de TMZ / O6GB. Chez les patients tolérant 3 cycles ou plus, les marquages ​​du gène P140K-MGMT dans les cellules du sang périphérique et de la moelle osseuse ont été multipliés par 3 à 26 fois, avec seulement une légère suppression suppressive (degré 2 ou 3) compatible avec la chimioprotection. La médiane de survie sans progression et de survie globale était respectivement de 22 et 31 mois, et trois patients du groupe III sont en bonne santé et ne présentent aucune progression après 36 à 39 mois. La survie prédit par l'OS était supérieure de 3,3 fois à la survie prévue de l'APR, ce qui suggère un bénéfice clinique L'analyse du site d'insertion virale démontre l'absence de dominance clonale.

Conclusions :
 
Le HPC transfecté par P140K-MGMT permet une augmentation progressive de la dose de TMZ / BG avec une toxicité acceptable et une survie accrue
dans une petite cohorte de patients sélectionnés. Une étude de phase II est en cours. Informations sur les essais cliniques: NCT01269424

Source

Asco 2019
2063-Examen rétrospectif des résultats des gliomes co-délétés 1p / 19q mutants IDH sur la base du traitement initial.

Author (s): Christopher Ray Trevino, Shiao-Pei, S. Weathers, Kristin Alfaro-Munoz, Gemma Hallatt, Garret L. Wiliford, Parc Minjeong, Diane D. Liu, Tim Overeen, Jacob Joseph Mandel, John Frederick De Groot; MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; Centre de cancérologie MD Anderson de l'Université du Texas, département de neuro-oncologie, Houston, TX; Palantir Technologies, Palo Alto, Californie; Centre de cancérologie UT MD Anderson, Houston, TX; Centre du cancer MD Anderson de l'Université du Texas, Houston, TX; Département de biostatistique, MD Anderson Cancer Center de l'Université du Texas, Houston, TX; Collège de médecine Baylor, Houston, TX MD ANDERSON Etats-Unis

Contexte :
Le traitement de l'oligodendrogliome à l'ère moléculaire repose sur des essais reposant uniquement sur des critères histologiques et a évolué avec le temps pour inclure l'observation et une combinaison de radiothérapie (RT) et de chimiothérapie. En particulier, le traitement des patients à haut risque est variable, notamment la RT séquentielle, suivie de témozolomide (TMZ) ou de procarbazine, de lomustine et de vincristine (PCV) ou d'une chimioradiothérapie avec TMZ. Il s'agit d'un examen institutionnel unique des résultats d'un oligodendrogliome à 1p19q mutant IDH moléculaire, basé sur le traitement initial. 

Les méthodes :

En utilisant à la fois la Fonderie Palantir et l'examen direct des enregistrements, nous avons stratifié des patients adultes atteints de gliomes de grade II / III diagnostiqués de 1997 à 2017 et porteurs d'une mutation IDH et d'une co-délétion 1p / 19q en fonction du traitement initial, puis exclus les patients sans test moléculaire. La survie globale (OS) et la survie sans progression (PFS) ont été calculées par analyse de Kaplan-Meier. 

Résultats :
187 patients ont été initialement pris en charge: 55 (31%) observateurs, 16 (9%) RT seules, 51 (29%) chimiothérapies seules, 39 (22%) séquentielles RT et chimiothérapie, et 17 (10%) chimioradiothérapie. Pour tous les patients, un sous-total (STR) ou une résection totale brute (GTR) était associé à une OS prolongée par rapport à une biopsie (NR vs 123 mois, p = 0,007). L'âge <40 ans n'était pas en corrélation avec l'OS (p = 0,87). Dans le groupe chimiothérapie, bien que le PCV ait démontré une meilleure survie sans progression par rapport au TMZ (157 vs 45 mois, p = 0,004), il n'y avait pas de différence de SG, seuls 3 patients avaient reçu le PCV. Chez les patients traités séquentiellement avec RT et PCV ou TMZ vs chimioradiothérapie, il n'y avait pas de différence dans l'OS (NR vs 140 mois; p = 0,87) ni avec la PFS (49 vs 45 mois, p = 0,52), bien que le traitement séquentiel ait eu tendance à prolonger la survie. 

Conclusions :

Ces données confirment que STR et GTR sont un pronostic pour la survie globale. Malgré la SSP prolongée observée chez les patients traités avec le PCV seul, qui ne s'est pas traduite par une amélioration de la SG, la petite taille de l'échantillon de PCV limite la force de cette preuve. Nous n'avons pas trouvé de différences de survie significatives entre la RT séquentielle et la chimiothérapie par rapport aux traitements concomitants, mais il est intéressant de noter qu'il y avait une tendance à l'amélioration de la SG chez les patients traités séquentiellement.

Source

Asco 2018
2064-Essai de phase II prospectif chez des patients présentant une première récidive d'astrocytome de haut grade, associé à l'association de TVB-2640 et de bevacizumab par rapport au bevacizumab seul.

Auteur (s): Laura D Caflisch, Brandon Konkel, Adolfo Enrique Diaz Duque, Joel Michalek, Qianqian Liu, Andrew Jacob Brenner; Centre de cancérothérapie et de recherche sur le cancer du Centre des sciences de la santé UT, San Antonio, TX; Centre des sciences de la santé de l'Université du Texas à San Antonio, San Antonio, TX; Université de Texas Health San Antonio - MD Anderson Cancer Center, San Antonio, TX; Centre de cancérologie UT Health San Antonio, San Antonio, TX; Centre des sciences de la santé de l'Université du Texas, San Antonio, TX MD ANDERSON, Etats-Unis

Contexte :
Le
 glioblastome récurrent (RGBM) après chimioradiothérapie est associé à un mauvais pronostic. Bien que le bevacizumab soit la thérapie de sauvetage la plus courante, les réponses restent brèves et ne présentent aucun bénéfice en termes de survie. La résistance peut impliquer une surexpression de Fatty Acid Synthase (FASN). Notre établissement mène une étude de phase 2 sur le bevacizumab associé à l'inhibiteur du FASN, le TVB-2640, chez des patients atteints de GBM en première rechute. 

Les méthodes :
Il s'agit d'une étude de phase 2 prospective sur le bevacizumab avec TVB-2640 chez des patients atteints de GBM en première rechute. Le critère principal est la survie sans progression (PFS). Les critères d'inclusion sont les suivants: âge ≥ 18 ans, ECOG 0 à 2, progression de la GBM après traitement standard par modalité combinée. Pour les analyses biochimiques exploratoires, une randomisation dans deux bras pendant les 28 premiers jours est incluse: les patients du bras 1 reçoivent du bevacizumab toutes les 2 semaines en association avec TVB-2640; ceux du groupe 2 reçoivent du bevacizumab seul toutes les 2 semaines. La spectroscopie RM (MRS) et le sérum pour l'analyse des exosomes sont obtenus chez les patients aux jours 1 et 28 du premier cycle. À partir du cycle 2 jour 1, tous les patients convergent vers un seul bras et continuent à recevoir le bevacizumab en association avec TVB-2640. 

Résultats :
Nous avons inscrit 24 patients à ce jour. 23 ont commencé le traitement. Sur ces 23 patients, 10 sont décédés, 4 ont progressé mais sont encore en vie, 2 se sont retirés et 7 sont toujours en cours d'essai. Le PFS6 est et OS9 représentent actuellement 50%, ce qui se compare favorablement aux contrôles historiques. Aucun EI lié au traitement de grade 4 ou 5 n'a été signalé (à noter, 2 décès étaient considérés sans aucun lien avec le traitement, dont 1 cas d'hémorragie intracérébrale et 1 cas de sepsie). Il y a eu deux cas de syndrome main-pied de degré 3, pensés définitivement liés au traitement. Les résultats mis à jour comprendront la SSP, la réponse et l'analyse de biomarqueurs (exosome, MRS). 

Conclusions :
L'association de TVB2640 avec le bevacizumab semble être bien tolérée. PFS6 et OS9 représentent actuellement 50%. L'étude a terminé la comptabilité d'exercice avec les données finales attendues plus tard en 2019. Informations sur les essais cliniques: NCT03032484

Source

Fin des 64 présentations ASCO 2019

Accueil