GFME ASCO 2016/31-40
05/06/2016
Les 10 dossiers suivants
Page principale
ASCO 2016 dossiers 31-40/69 des tumeurs de cerveau

Asco 2016
2031 Médecine de précision dans le glioblastome récurrent, un essai de faisabilité conduit par un consortium de la fondation Ivy. Michael Prados ORIGINAL

Author(s): Michael Prados, John G. Kuhn, Howard Colman, Timothy Francis Cloughesy, Susan Marina Chang, Nicholas A. Butowski, John Frederick De Groot, Patrick Y. Wen, Keith L. Ligon, Ingo K. Mellinghoff, Andrew S. Chi, Joanna J Phillips, Annette M Molinaro, Rebecca Halperin, Nhan Tran, Michael E. Berens, John D. Carpten, David W. Craig, Sara A. Byron; UC San Francisco, San Francisco, CA; University of Texas Health Science Center San Antonio, San Antonio, TX; Hunstman Cancer Institute of Utah, Salt Lake City, UT; UCLA, Los Angeles, CA; University of California, San Francisco, San Francisco, CA; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; Dana-Farber Cancer Institute, Boston, MA; Memorial Sloan Kettering Cancer Center, New York, NY; Massachusetts General Hospital Cancer Center and Harvard Medical School, Boston, MA; Translational Genomics Research Institute, Phoenix, AZ Etats-Unis

Résumé :
Les malades avec glioblastome récurrent ont une survie médiane entre 4 et 8 mois. Les thérapies "précision-basées" n'ont pas été utilisées dans cette population patiente. Le but de cette étude était de déterminer la faisabilité de faire des recommandations de traitement individualisées dans un délai de moins de 35 jours après la capture du tissu, en utilisant l'exome entier et l'ARN pour les modifications. Un échantillon d'au moins 15 malades avec tumeur suffisante en ARN et ADN ont été utilisés pour déterminer la faisabilité. Les malades avaient l'option d'accepter la recommandation ou être traité en utilisant d'autres stratégies de traitement. Les malades adultes avec glioblastome récurrent qui subissait la résection de la tumeur au temps de la rechute étaient éligibles.
Méthodes :
Le tissu de la tumeur a été enlevé des deux régions, celles prenant le contraste et celle qui ne le prenaient pas pour caractériser l'exome entier et l'ARNt. Les profils moléculaires ont été faits par recherche génomique à à l'Institut Translationnel de Recherche Génomique (TGen), dans un laboratoire CLIA. Les modifications génomiques ont permis de repositionner les médicaments. Jusqu'à 4 médicaments ont été sélectionnés pour chaque profil moléculaire et discuter en fonction du traitement patient antérieur, des modifications moléculaires, et des options de médicaments. La recommandation de traitement a été basée sur les modifications de la région de la tumeur qui prenait le contraste. La tumeur ne prenant pas le contraste, la culture de xénogreffes dérivée de la chirurgie du patient, les ARNs circulants obtenus avant et après la chirurgie chaque chaques 8 semaines ont été utilisé pour les corrélations avec le point final.
Résultats :
20 malades ont été inscrits, dont 16 avec profil de tumeur connu. Il y avait 3 échecs de faisabilité (1 pt. pris> 35 jours du profil, 2 malades, pas assez d'ARN. Des 16 cas éligibles, le temps moyen entre chirurgie et profil de tumeur était de 27 jours, avec une moyenne de 3,4 médicaments recommandés (gamme 1-4) et au moins 1 médicament repositionné dans 13 cas. 7 malades ont accepté la recommandation du Comité de la Tumeur. Les conclusions moléculaires seront présentées.
Conclusions :
Il est possible d'obtenir une information génomique utilisable au temps de la rechute, et faire des recommandations de traitement dans les semaines qui suivent. Les études d'efficacité sont organisées en utilisant cette stratégie.
Information de l'essai clinique: NCT02060890

Asco 2016
2032
Le rôle des caractéristiques cliniques et des biomarqueurs moléculaires dans les gliomes de bas grade (LGG) : Une étude GICNO. Alba Ariela Brandes
ORIGINAL

Author(s): Alba Ariela Brandes, Alexandro Paccapelo, Dario De Biase, Michele Reni, Antonella Mura, Stefania Bartolini, Carmelo Sturiale, Lorenzo Volpin, Gianluca Marucci, Raffaele Agati, Annalisa Pession, Claudio Ghimenton, Elena Zunarelli, Benedetta Urbini, Roberta Depenni, Alicia Tosoni, Girolamo Crisi, Stefano Pizzolitto, Daniela Danieli, Enrico Franceschi; Azienda USL Bellaria-Maggiore Hospital, Bologna, Italy; Department of Medical Oncology, Bellaria Hospital, Azienda USL - IRCCS Institute of Neurological Science, Bologna, Italy; Department of Pharmacy and Biotechnology (FaBiT), Molecular Biology Unit, Bellaria Hospital, University of Bologna, Bologna, Italy; Department of Medical Oncology, San Raffaele Scientific Institute, Milan, Italy; Department of Medical Oncology, Bellaria Hospital, Azienda USL - IRCCS Institute of Neurological Sciences, Bologna, Italy; Department of Medical Oncology, Azienda USL - IRCCS Institute of Neurological Science, Bologna, Italy; Department of Neurosurgery Azienda USL - IRCCS Institute of Neurological Science, Bologna, Italy; Department of Neuroscience and Neurosurgery, San Bortolo Hospital, Vicenza, Italy; Department of Biomedical and NeuroMotor Sciences (DiBiNeM), University of Bologna, Section of Pathology, M. Malpighi, Bellaria Hospital, Bologna, Italy; Neuroradiology Department, IRCCS of Neurological Sciences,Bellaria Hospital, Bologna, Italy; Department of Pathology and Diagnostics Azienda Ospedaliera Universitaria Integrata, Verona, Italy; Pathology Department, Azienda Ospedaliero-Universitaria, Policlinico, Modena, Italy; Clinical Oncology Unit, St Anna University Hospital, Ferrara, Italy; Oncology, Haematology and Respiratory Diseases Department, University Hospital of Modena, Modena, Italy; Medical Oncology Department, Bellaria-Maggiore Hospital, Azienda USL of Bologna - IRCCS Institute of Neurological Sciences, Bologna, Italy; Department of Neuroradiology, Azienda Ospedaliero-Universitaria, Parma, Italy; Azienda Ospedaliero-Universitaria, Udine, Italy; Pathology Department, Vicenza Hospital, Vicenza, Italie

Résumé :
les caractéristiques moléculaires des gliomes de bas grade (LGG) se sont améliorées ces dernières années et sont essantielles pour le diagnostic et le traitement de ces maladies. En plus des facteurs pronostiques, tels que l'âge, l'ampleur de la chirurgie, on doit retenir le rôle pronostique dans les gliomes de bas grade LGG les mutations IDH1/2, les codélétions 1p/19q , et le statut de méthylation de MGMT.
Méthodes :
Nous avons évalué tous les malades avec gliome de bas grade LGG adultes rétrospectivement dans notre centre qui ont reçu la chirurgie et dont nous avions un tissu suffisant pour répartir la caractérisation des biomarqueurs. L'estimation des mutations IDH1/2 a été exécutée sur des échantillons paraffine-enfoncés formol-arrangés par PCR, la méthylation MGMT par PCR spécifique, les codélétions 1p/19 par FISH.
Résultats :
198 LGG ont été analysés. L'âge médian était de 38 ans (gamme :18-72). La Médiane de suivi était de 74,0 mois. 109 malades (55,1%) était <40 ans, 26 malades (13,1%) n'ont subi qu'une biopsie, 119 malades (60,1%) une résection partielle, 53 malades (26,8%) une résection complète. 28 malades (14,1%) ont été considéré en risque bas (<40 ans et résection complète). La mutation IDH1/2 a été trouvée chez 79,8% de malades. 1p/19q codeletion a été trouvé dans 41.4% de malades, methylation MGMT dans 57.1% de malades. La survie médiane dans les malades du risque bas était 211.0 mois (95%CI: 190,4–231,6) et était 145,3 mois (95%CI: 108,5–182,2) chez les malades avec haut risque (P = 0.006). La survie Médiane pour malades avec mutation IDH1/2 était de 159 mois (95%CI: 103,3–214.7) et était de 87.9 mois chez les malades avec IDH1/2 type sauvage (95%CI: 61,1–114.6, P <0.001). L'impact des biomarqueurs sur la survie est dans le tableau ci-après. L'analyse multifactorielle a montré que le risque clinique (P = 0.006), la mutation IDH1/2 (P <0.001) et les colélétions 1p/19q (P = 0.03) ont correspondu considérablement avec une meilleure survie totale. L'avantage de la méthylation MGMT n'était pas considérable.
Conclusions :
Les caractéristiques moléculaires des gliomes de bas grade LGG définissent le pronostic de ces tumeurs. Cependant le risque clinique joue un rôle en dehors des caractéristiques moléculaires.
Profil
moléculaire
Survie médiane
en mois
Gamme
de
survie
en mois
Intervalle
de confiance
95%
% de survie à 5 ans % de survie
à 10 ans
1p19q codélétés 186,2 128,2 244,2 94,7 73,8
1p19q
non codélétés
138,5 91,0 186,0 84,9 51,5
IDH1 muté, 1p19q codel,
MGMT méthylé
NR / 100,0 95,7
IDH1 muté, 1p19q codel,
MGMT non méth
189,4 / 92,9 61,9
IDH1 muté, 1p19q not codel,
MGMT méth
202,7 / 95,8 72,9
IDH1 muté, 1p19q non codel,
MGMT non méth
109,1 105,3 112.8 90,7 44,1

Asco 2016
2033 Un essai de phaqse I/II de S49076, un inhibiteur multi-cible de c-MET, AXL, FGFR en combinaison avec bevacizumab chez les malades avec glioblastome récurrent. Khe Hoang-Xuan
ORIGINAL

Author(s): Pr. Khe Hoang-Xuan, Andreas Hottinger, Louis Royer-Perron, Agusti Alentorn, Julien Savatovsky, Rita De Micheli, Krisztian Homicsko, Sebastien Banquet, Jeanne Pauly, Isabelle Sudey, Roger Tell, Patrick Therasse, Dr. Maryline Barrie, Chantal Campello, Pr. Olivier L. Chinot; AP-HP, Hôpital La Pitié Salpêtrière, IGCNO, Paris, France; Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Lausanne, Switzerland; Service d'imagerie Médicale Fondation Ophtalmologique A de Rothschild, Paris, France; I.R.I.S, Suresnes, France; Aix-Marseille University, AP-HM, Service de Neuro-Oncologie, CHU Timone, Marseille, France

Résumé :
Il n'y a aucun niveau de soin pour le traitement du glioblastome GBM récurrent (rGBM) et des traitements plus efficaces sont exigés clairement. S49076 est un médicament oral inhibiteur de multiples kinases, c-MET, AXL, FGFR1, 2, 3. La capacité de S49076 d'inhiber la croissance de la tumeur in vivo a été réalisée sur un modèle de souris par xénogreffes résistantes au bevacizumab (BEV). Ici, nous rapportons les données d'un essai de phase I de S49076 en combinaison avec BEV à la première récidive.
Méthodes :
Les malades ont reçu une escalade de doses de 400 à 600 mg de S49076, sur un programme continu journalier de 28 jours, avec BEV 10mg/kg les jours 1 et 15. Les objectifs fondamentaux étaient de déterminer le maximum Toléré de dose toléré (MTD), maximum limité comme limite des Toxicités (DLT) et établir un essai de phase II avec cette dose (RP2D) de S49076+BEV. Les objectifs secondaires ont inclus la pharmacocinétique (PK), la pharmacodynamique (PD) et l'activité antitumorale à chaque cycle selon les critères RANO).
Résultats :
13 malades avec rGBM ont été inscrits. 75% (9/12) était des hommes, âge médian 56 ans (gamme 34-70), et KPS médian de 90 (gamme 70-100). 3 malades ont été traités respectivement à la dose de 400 mg et 500 mg et 6 malades à 600 mg (dû à 1 DLT observé, niveau 3 asymptomatique. Ce niveau de la dose a été considéré comme le RP2D. Les événements adverses rapportés (AE) apparenté à S49076 était principalement de niveau 1 ou 2 et 2 AE de niveau 3. Aucun niveau 4 de S49076 et/ou BEV n'a été observé. Les meilleures réponses pour 12 malades évaluable étaient, 4 réponses partielles confirmées (PR) et 2 non confirmées, 5 maladie stable (SD) dont 2 supérieures à 3 mois, et 1 maladie progressive. La pharmacocinétique de S49076 PK était semblables en combinaison avec BEV a celle déjà observé dans une première étude chez un être humain en monothérapie. Les résultats de la progression PD ont montré un haut niveau d'amplification de c-MET analysé par FISH chez 2 malades qui n'étaient pas prophétique de leur réponse clinique. Aucune expression de c-MET et AXL n'ont été observés par immunohistochimie (IHC) chez les malades.
Conclusions :
La combinaison de BEV et S49076 a été bien été tolérée aux niveaux de la dose testés. Ces données préliminaires ne suggèrent pas une augmentation d'activité en ajoutant S49076 à BEV.
Information du procès clinique: 2013-003079-37.

Asco 2016
2034
Tendances dans l'utilisation et l'impact des chimiothérapie concourante avec radiothérapie chez les malades assez âgés avec glioblastome récemment diagnostiqué : Une révision de la Base de données du Cancer Nationale. Jiayi Huang
ORIGINAL

Author(s): Jiayi Huang, Pamela Parker Samson, Stephanie Mabry Perkins, George Ansstas, Milan Chheda, Cliff Grant Robinson, Jian Li Campian; Washington University School of Medicine in St Louis, St Louis, MO; Washington University in St. Louis, Webster Groves, MO; Washington University School of Medicine, St. Louis, MO; Washington University School of Medicine in St Louis, St. Louis, MO; Washington University in St Louis, St. Louis, MO Etats-Unis

Résumé :
Il s'agit dans cette étude d'analyser l'impact sur la survie totale (OS) de la chimiothérapie concourante en combinaison avec la radiothérapie (RT) pour les malades avec glioblastome assez âgés.
Méthodes :
Les malades assez âgés (âge> 70) avec glioblastome supratentoriel et nonmétastasique GBM ont reçu RT de 20-75 Gy avec chimiothérapie concourante (chimioRT) ou sans (RT seul) de 2004 à 2012 identifiés dans la Base de données de Cancer Nationale (NCDB). L'analyse a différencié ceux qui avaient reçu RT standard et ceux qui ont reçu RT fractionnée standard (SFRT) ou hypo-fractionnée abrégée (HFRT). Les ratios de hasard (HR) et les intervalles de confiance à 95% (CIs) ont été déterminés en utilisant le modèle Cox. Les taux de survie OS ont été déterminés par la méthode Kaplan-Meier et le test Log-rank.
Résultats :
5252 malades identifiés (RT seul: n = 1389; chimioRT: n = 3863). Il y avait une utilisation croissante de la chimiothérapie concourante depuis 2004 qui a atteint 80% après 2010, dont > 66% pour le sous-ensemble d'âge> 80. La ChimioRT a été associée avec une bien meilleure survie totale OS que la RT seule (HR 0,76; 95% CI 0,71-0,81; P <0.001) sur analyse multifactorielle. La propension d'avantage de survie globale au cours de 8 années a été démontré pour 1202 paires égalées de malades (HR 0,79, 95% CI 0,73-0,86; P <0.001). Pour la cohorte entière, l'OS était de 33% à 1 an et 12% à 2 ans avec chimioRT, contre 15% à 1 an et 3% à 2 ans avec RT seule (P <.001). Pour la propension égalée, l'OS était de 26% à 1 an et 9% à 2 ans avec chimioRT, contre 16% à 1 an et 4% à 2 ans avec RT seul (P <.001). 5152 malades (98%) était évaluables pour le fractionnement RT (SFRT: n = 4621; HFRT: n = 531). HFRT a été utilisé sélectivement pour une minorité de malades et augmenté légèrement après 2010 (approximativement 10% par année pour âge = 80 et 20% pour âge> 80).
Conclusions :
La chimiothérapie concourante a été administrée avec RT pour une majorité de malades GBM assez âgés. L'addition de la chimiothérapie à RT pour les malades avec glioblastome GBM assez âgés améliore considérablement la survie OSl. L'utilisation une radiothérapie hypofractionnée réduite HFRT reste limitée pour les malades avec glioblastome GBM assez âgés.

Asco 2016
2035 Un essai de phase de TRC105 + bevacizumab versus bevacizumab seul pour glioblastome réfractaire. Manmeet Singh Ahluwalia ORIGINAL

Author(s): Manmeet Singh Ahluwalia, Lisa R. Rogers, Rekha T. Chaudhary, Herbert B. Newton, Ben K. Seon, Manoj A. Jivani, Bonne J. Adams, Ronald L. Shazer, Charles P. Theuer; Cleveland Clinic, Cleveland, OH; University Hospital of Cleveland, Cleveland, OH; University of Cincinnati, Cincinnati, OH; Ohio State University, Columbus, OH; Roswell Park Cancer Institute, Buffalo, NY; TRACON Pharmaceuticals Inc, San Diego, CA; TRACON Pharmaceuticals, Inc., San Diego, CA Etats-Unis

Résumé :
L'endogline est un récepteur de la membrane cellulaire des vaisseaux sanguins essentiel pour l'angiogenèse. Il est dérégulé par hypoxie et par inhibition de VEGF et peut être un mécanisme important de résistance à VEGF. La combinaison de TRC105, un anticorps monoclonal anti-endogline, en combinaison avec bevacizumab (Bev) a démontré une activité chez des malades traités avec dans Bev pour des cancers réfractaires à des tumeurs non du système nerveaux, non-CNS. Nous avons supposé que TRC105 administré avec Bev améliorerait la survie totale des malades avec glioblastome qui ont progressé sur Bev.
Méthodes :
Les malades précédemment traités, glioblastome récurrent (GBM) avec progression radiographique sous thérapie Bev, statut KP = 70%, et fonction de l'organe adéquate ont été traitée avec
TRC105 10 mg/kg hebdomadaire comme en monothérapiel (6 malades) puis en combinaison avec Bev 10 mg/kg chaque 2 semaines (16 malades). Le point final fondamental pour le traitement avec TRC105 et Bev était la survie totale (OS), avec l'hypothèse nulle qui est OS de 4,0 mois et une hypothèse alternative d'OS de 7,0 mois.
Résultats :
22 malades, âge médian 54,5 ans; H:F 16:6, 3 thérapies antérieures médianes ont été inscrits. 1 malade n'a pas reçu TRC105. Initialement, 6 malades ont été traités avec TRC105 seul. TRC105 a été bien toléré chez les malades avec GBM, chacun des 6 malades ont progressé après 1,40 mois de traitement. 16 malades ont été traités avec TRC105 + bevacizumab, les événements adverses (AEs), aucune modification de dosage ou de fréquence pour sévérité du dosage courant. 15 malades étaient évaluables pour l'efficacité de combinaison et la médiane de survie totale (OS) était de 5,75 mois (95% CI: 4,21, 9,86). Tous ont dépassé l'OS historique de 4,0 mois vu dans cette population patiente avec Bev. Aucunes réponses n'a été constatée selon les critères RANO et la survie sans progression PFS médiane était de 1,81 mois (95% CI: 1,25, 2,07)
Conclusions :
La combinaison de TRC105 et Bev a été bien été tolérée par les malades prétraités avec Bev de glioblastome GBM réfractaires.
La survie totale OS était de 5,75 mois, dépassant l'OS historique de 4,0 mois pour cete population patiente. Le traitement de combinaison de TRC105 + Bev est actuellement évalué chez des malades avec glioblastome et jamais traités avec Bev, Bev naifs, dans essai de phase II randomisé.
Information de l'essai clinique : NCT01564914

Asco 2016
2036


Asco 2016

2037 Essai de phase I , multicentrique, dose escalade, de marizomib (MRZ) + bevacizumab (BEV) pour gliomes malins de grade IV (MG G4). Daniela Annenelie Bota ORIGINAL

Author(s): Daniela Annenelie Bota, Annick Desjardins, Warren P. Mason, Howard Alan Fine, Steven D. Reich, Mohit Trikha; UC Irvine Medical Center, Orange, CA; Duke University Medical Center, Durham, NC; Princess Margaret Hospital, Toronto, ON, Canada; New York University Medical Center, New York City, NY; Clinical Rsrch Consult, Del Mar, CA; Triphase Accelerator, San Diego, CA Etats-Unis

Résumé :
MRZ (marizomib) est un médicament irrévocable, pénétrant bien le cerveau, inhibiteur du-proteasome (PI). Il inhibe in vitro la prolifération cellulaire du gliome et l'invasion, prolonge la survie dans dans des modèles de tumeur in vivo avec un petit sur les cellules souches neuronales normales, et qui suggére une neurotoxicité minime (Neuro Oncol 2015 le 17 décembre. pii: nov299). En intraveineuse (IV) MRZ a été administré à ~300 malades (malades) avec des tumeurs solides et des cancers hématologiques. Cet essai évalue la sécurité, la pharmacodynamique et l'efficacité de MRZ+ BEV chez des malades BEV-Naïf avec gliome malin mg de grade IV, G4 à la 1ère ou 2ème rechute sans thérapie anti-angiogénique antérieure ou thérapie PI.
Méthodes :
Essxai de phase I, dose escalade (schéma 3+3) pour expansion de dose en essai de phase II à (RP2D).
3 cohortes de la dose
- MRZ 0,55 (n = 6 malades),
-MRZ 0,7 (n = 3 malades)
-MRZ 0.8 mg/m2 (n = 3 malades).
MRZ a été injecté en IV (10 min) les jours 1, 8
, & 15 + BEV IV 10 mg/kg les jours 1 & 15. La réponse de la Tumeur est examinée à chaque cycle selon les critères RANO, et l'inhibition du protéasome du sang est aussi analysé à chaque cycle.
Résultats :
En dose escalade, 12 malades ont été inscrits, âge médian de 53 ans (44-61); 83% homme, KPS> 80. Comme de 6 le 2016 janvier, la durée de doser est 5-33 semaines avec traitement progressif dans 7 malades. MRZ/BEV a été bien été toléré, les événements adverses les plus fréquents (AEs, mes maux de tête (9), la fatigue (7), l'hypertension (5), la douleur au site d'injection (5), et la nausée (5). Des niveaux 3 de toxicité AEs ont été en rapport avec MRZ ou BEV, l'hypertension (2), les confusions (1), la fatigue (1), les hallucinations (1), et le mal de tête (1). 1 malade (cohorte 1) avait de la fatigue comme DLT, mais aucun DLTs à plus hautes doses. MRZ a causé dans > 70% des cas une inhibition de la chymotrypsine comme activité au cycle 1 jour 1 avec 100% au jour 28. L'hyperactivation transitoire de la trypsine (T-L) et de la caspase (C-L) ont été constatées après les premieres injections de MRZ, 1-2, suivies par une inhibition de 40-60% de T-L et de 10-30% de C-L dans le cycle 3. Les réponses RANO dans les 3 cohortes étaient de 4/12 réponses partielles, 6/12 maladies stables et 2/12 maladies progressives.
Conclusions :
La combinaison MR + /BEV a été bien été tolérée avec seulement 1 DLT à MRZ 0,5 mg/m2. L'inhibition du protéasome a bien été observée chez le 4/12 malades qui accomplissent les réponse partielles PRs vérifiées. MRZ 0,8 mg/m2 est le RP2D de cette étape dose-expansion progressive.
Information de l'essai clinique: NCT02330562

Asco 2016
2038 Essai randomisé d'axitinib seul ou combiné avec lomustine pour malades avec glioblastome récurrent. Johnny Duerinck
ORIGINAL

Author(s): Johnny Duerinck, Stephanie Du Four, Frank Bouttens, Vincent Verschaeve, Chantal Andre, Frank Van fraeyenhove, Cristo Chaskis, Nicky D'Haene, Marie Le Mercier, Isabelle Salmon, Bart Neyns; UZ Brussel, Brussels, Belgium; AZ Sint Lucas, Gent, Belgium; Grand Hopital De Charleroi, Charleroi, Belgium; CHU Liège, Liège, Belgium; ZNA Middelheim, Antwerp, Belgium; CHU Charleroi, Charleroi, Belgium; Pathology Department, Erasme Hospital, Université libre de Bruxelles (ULB), Brussels, Belgique

Résumé :
Le récepteur du facteur de lcroissance de l'endothélium vasculaire (VEGFR) est associé à la néo-angiogenène du glioblastome. Axitinib est une petite molécule TKI avec une haute affinité et spécificité pour VEGFR qui a démontré une activité antitumorale chez les malades avec glioblastome GB récurrent (J Clin Oncol 32:5s, 2014 [suppl; abstr 2018]). Nous avons enquêté pour savoir si la combinaison d'axitinib + lomustine (LOM) pouvait améliorer le résultat des malades avec glioblastome récurrent rGB par opposition à la monothérapy de l'axitinib.
Méthodes :
les malades avec rGB ont été randomisés entre axitinib médicament seul (AXI) contre axitinib + LOM (AXILOM) dans un essai clinique randomisé de phase II Les malades dans le bras AXI ont été autorisés à passer à AXILOM à progression. La survie sans progression PFS à 6 mois, PFS6 était le point fondamental.
Résultats :
De février 2014 à juillet 2015, 56 malades ont été randomisés 1:1 entre AXI et AXILOM. Les caractéristiques à la ligne de base ont bien été équilibrées entre les deux bras de l'étude (âge médian 56 ans [gamme 18-75]; 35H/21F; 15, 19, 11 et 11 malades avaient un WHO-PS de 0, 1, 2 et 3 respectivement. MGMT était méthylé chez 11, non méthylé chez 35 et inconnu chez 10. Tous les malades avaient reçu la thérapie standard RT + temozolomide. PFS6 n'a pas différé entre les deux bras de l'étude (AXI: 21% (95% CI 7-37] contre AXILOM: 17% [95% CI 2-32]. La survie totale à 6 mois OS6 ne différait pas non plus, AXI 57% [95% CI 38-76] contre AXILOM 53% [95% CI 34-73]). Les malades avec MGMT méthylé avaient des PFS et OS supérieures dans le bras AXIG mais pas dans le bras AXILOM. La meilleure réponse (par les critères RANO) était 0 CR / 6 PR / 8 SD dans le bras AXI (BORR 21%) contre 1 CR / 9 PR / 3 SD dans le bras AXILOM (BORR 38%). Les malades AXILOM étaient à plus haut risque pour des niveau 3/4 de toxicité d'événements adverses (la plupart de niveau 3/4 fréquent AE avec AXILOM contre AXI, thrombocytopénia 3 - contre 0 malades, hypertension 2 contre 2 malades, anorexie 3 contre 3 malades).
Conclusions :
La combinaison d'axitinib + lomustine n'améliore pas le résultat des malades avec glioblastome récurrent rGB comparé à la monothérapie de l'axitinib, sans se soucier de la méthylation MGMT. L'activité précédemment rapportée et le profil de la sécurité en monothérapie de l'axitinib chez les malades avec rGB ont été confirmés.
Information du procès clinique: NCT01562197


Asco 2016
2039 Corrélation entre survie augmentée chez les malades avec glioblastome traités avec vaccin dendritique + temozolomide selon les cellules NK et expression de ABCC3. Gaetano Finocchiaro
ORIGINAL

Author(s): Gaetano Finocchiaro, Marica Eoli, Elena Anghileri, Sara Pessina, Simona Frigerio, Bianca Pollo, Valeria Cuccarini, Carlo Antozzi, Maura Servida, Maria Grazia Bruzzone, Eugenio Agostino Parati, Serena Pellegatta; Fondazione IRCCS Istituto Neurologico Carlo Besta, Milan, Italy; Fondazione IRCCS Istituto Neurologico Carlo Besta, Milan, Italy, Milan, Italy; Unit of Molecular Neuro-Oncology, Fondazione I.R.C.C.S. Istituto Neurologico C. Besta, Milan, Italy; Fondazione IRCCS Istituto Neurologico, Milan, Italie

Résumé :
Dans un essai de phase I/II, DENDR, 24 malades au premier diagnostic de glioblastome (GBM) ont été traités avec un vaccin dendritique d'immunothérapie DC + radio chimiothérapie standard. La survie sans progression (PFS) 12 mois après chirurgie (PFS-12) a été attendue pour au moins 8 cas. L'évidence de la réponse immunitaire a été étudiée.
Méthodes :
Les malades avec un vomlume chirurgical ≤ 10 cc ont subi une leucophorèse avant radiothérapie + avec temozolomide (TMZ). 3 intradermiquees de DC
Résultats :
Le traitement a bien été toléré. Après une médiane de suivi de 18,8 mois, Ces 10 patients ont atteint PFS12 (répondeurs). La survie totale médiane OS de 19,4 mois se compare favorablement avec l'OS attendu en utilisant le nomogramme EORTC. L'activation immunitaire a été répartie par interféron  (IFN-γ) sur PBLs de 5 responders et 6 non-respondeurs. Chez les répondeurs la vaccination DC a induit une expansion considérable des cellulesnatural killer NK qui produisent IFN-γ après le 2ème vaccin (p = 0,02 contre 1er vaccin. Les cellules NK ont continué à produire des hauts niveaux d'IFN-γ en réponse et à la fin de traitement (P = 0,004, répondeurs contre non-répondeurs. Les lymphocytes CD8+ les cellules T ont subi une expansion rapide avec de plus hauts niveaux d'IFN -γ comparé à la ligne de base (p <0.02), mais après la 1ère administration de l'adjuvant TMZ les CD8+ les cellules T ont manqué de former un phénotype mémoire effectrice (CCR7negCD45RAnegCD62Llow/neg). Nous avons aussi étudié dans PBL humain l'expression de la protéine multimédicament-résistante Abcc3, qui confére une résistance à la chimiothérapie par les cellules murine NK. En utilisant PCR, l'expression de Abcc3 a été trouvée plus haute chez les répondeurs que chez les non-répondeurs après radiochimiothérapie (p = 0.0005 et p = 0.02, respectivement) et pendant la vaccination + temozolomide adjuvant (p <0.01).
Conclusions :
Ces conclusions démontrent que dans cet essai de phase I DENDR, avec des malades qui ont une plus longue PFS, les vaccinations DC augmentent le nombre de cellules NK actives et l'expression d'Abcc3 mais suggèrent que la chimiothérapie adjuvant de TMZ perturbe la formation mémoire effective de la vaccination.

 Asco 2016
2040   Un modèle prophétique selon la clairance avec haute dose de méthotrexate (HDMTX) chez les malades (malades) avec lymphome du CNS fondamental (PCNSL). Yuan Yu
ORIGINAL

Author(s): Yu Yuan, Brandy Strickland Snyder, Greg B. Russell, Glenn Jay Lesser; Wake Forest Baptist Medical Center, Winston-Salem, NC Etats-Unis

Résumé :
HDMTX reste la colonne vertébrale de thérapie pour malades avec PCNSL et a différé la liquidation peut mener à plus hauts taux de toxicités traitement-induites. C'est inconnu si aisément pre-traitement disponible variables cliniques autre que liquidation du creatinine (CrCl) est prophétique de liquidation différée.
Méthodes :
Une étude de centre seul rétrospective de malades (Âge = 18 années) recevoir HDMTX (= 1 g/m2, alignez-en 1-8g/m2) avec biopsie confirmée PCNSL a été exécuté. Les variables ont étudié demographics du malade inclus (âge, genre, ECOG); histoire médicale passée (DM, HTN, CHF, maladie du foie, MRI avec contraste dans 48 heures); histoire MTX (MTX dosent [mg/m2], nombre du cycle, le nombre de HDMTX antérieur fait du vélo, jours entre cycles HDMTX, histoire de liquidation différée antérieure [MTX nivellent de = 0.30 micromol/L à 48 heures]); caractères anormaux de laboratoire (CrCl, enzymes du foie élevées, hypoalbuminemia [<3.5g/dL], protéine totale basse [<6 g/dL]); et usage du médicament (stéroïde, rituximab, et usage concourant de concurrents tubulaires rénaux).
Résultats :
Nous avons identifié 34 malades avec PCNSL qui a reçu 191 cycles de HDMTX de 2003-2014. 75/191 cycles avaient différé la liquidation à 48 heures. Les variables considérables ont identifié dans analyse de l'univariate (âge, creatinine du pretreatment, DM, HTN, hypoalbuminemia) a été utilisé pour construire un modèle du multivariate qui a démontré cela différé la liquidation MTX était considérablement plus commune dans malades avec une histoire de DM (p = 0.0002, OU 1.32, 95% CI [1.14, 1.54]), HTN (p = 0.0013, OU 1.25, [1.09, 1.43]), et hypoalbuminemia (p = 0.025, OU 1.18, [1.02, 1.36]).
Conclusions :
Plus hauts taux de liquidation différée l'administration HDMTX suivante a été vue dans malades avec une histoire de DM, HTN, et hypoalbuminemia. Une plus grande dimension de l'échantillon est exigée de produire un modèle quantitatif de ces observations préliminaires qui permettraient a individualisé doser des modifications pour éviter la liquidation MTX différée.

Les dossiers suivants


Retour à la page générale