GFME 17/05/2013 Les 10 dossiers suivants Revenir à la page principale
ASCO 2013 dossiers 0-10/102 tumeurs du CNS

Asco 2013
1-Essai randomisé RTOG 0825 double aveugle bevacizumab (Avastin) versus placébo pour glioblastome nouvellement diagnostiqué MR Gilbert ***
Auteurs : Mark R. Gilbert, James Dignam, Minhee Won, Deborah T. Blumenthal, Michael A. Vogelbaum, Kenneth D. Aldape, Howard Colman, Arnab Chakravarti, Robert Jeraj, Terri S. Armstrong, Jeffrey Scott Wefel, Paul D. Brown, Kurt A. Jaeckle, David Schiff, James Norman Atkins, David Brachman, Maria Werner-Wasik, Ritsuko Komaki, Erik P. Sulman, Minesh P. Mehta; University of Texas MD Anderson Cancer Center Department of Neuro-Oncology, Houston, TX; Radiation Therapy Oncology Group, Philadelphia, PA; Tel Aviv Sourasky Medical Center, Tel Aviv, Israel; Cleveland Clinic Foundation, Cleveland, OH; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; University of Utah, Huntsman Cancer Institute, Salt Lake City, UT; Arthur G. James Cancer Center, The Ohio State University, Columbus, OH; Department of Medical Physics, University of Wisconsin, Madison, WI; University of Texas Health Science Center School of Nursing, Houston, TX; Mayo Clinic, Jacksonville, FL; University of Virginia Medical Center, Charlottesville, VA; National Surgical Adjuvant Breast and Bowel Project and SCCC-CCOP, Goldboro, NC; Arizona Oncology Services Foundation, Phoenix, AZ; Thomas Jefferson University Hospital, Philadelphia, PA; University of Maryland, Baltimore, MD
Etats-Unis
L'article original
Résumé :
La radiochimiothérapie (CRT) avec temozolomide (TMZ/RT suivi de TMZ) est le niveau de soin aujourd'hui pour GBM récemment diagnostiqué. Cet essai a déterminé si l'addition de Bev à CRT standard améliore la survie (OS) ou la survie sans progression (PFS) dans le GBM récemment diagnostiqué.
Méthodes :
Cet essai de phase III a été mené par le RTOG, NCCTG, et ECOG. Les Pts neurologiquement stables, âge >= 18 ans avec KPS >= 60, et +> 1cm3 de bloc de tissu de tumeur pour analyse, ont été randomisés en 2 bras,
le bras 1 CRT standard + placebo ou bras 2, CRT standard plus Bev (10 mg/kg en IV toutes les 2 semaines). Le traitement Expérimental a été commencé à la semaine 4 par la radiothérapie suivi de 6-12 cycles de chimiothérapie d'entretien. Le protocole a spécifié les points finals fondamentaux qui étaient l'OS et la PFS, avec des niveaux de la signification de .023 et .002, respectivement. À progression, le traitement était éclairé et les pts autorisé à quitter le placebo et continuer Bev. Les symptômes, la qualité de vie QOL, la fonction neuro-cognitive et fonctionnelle (NCF) ont été exécutéz chez la majorité des pts. Les analyses secondaires ont évalué impact de la méthylation MGMT (meth) et le statut de 9 gène pronostiques.
Résultats :
Des 978 pts enregistrés,
637 ont été randomisés. Tissu inadéquat (n=105) et mauvaises IRMs (n=40) était les raisons principales de la non-randomisation. Aucune différence n'a été trouvée entre les 2 bras pour la survie totale OS (16,1 contre 15,7 mois). La PFS a été étendue dans le bras 2 de bevacizumab (7,3 contre 10,7). Les Patients avec MGMT méthylé avaient une survie OS supérieure (23,2 mois contre 14,3 mois) et PFS supérieure (14,1 mois contre 8,2 mois). Aucun des 9 gènes, ni MGMT n'a prédit un avantage sélectif pour le traitement Bev, mais les patients avec meilleur pronostic (MGMT méthylé, 9 gènes favorables, avaient une survie pire avec Bev (15,7 mois contre 25 mois). 128 pts du bras 1 placébo étaient éclairés (sauvetage de Bev chez 86) et 87 pts dirigés sur le bras 2 (Bev continué chez 39). Des toxicités de niveau > = 3 ont été observées dans le groupe BEV, principalement neutropénie, hypertension, et DVT/PE.
Conclusions :
L'addition de Bev pour GBM récemment diagnostiqué n'a pas amélioré l'OS, améliore la PFS mais pas de manière significative. MGMT et les 9 gènes n'ont pas identifié un avantage sélectif, mais les résultats du sous-ensemble de risques suggérent fortement de ne pas utiliser Bev en 1ère ligne chez les patients avec meilleur pronostic. L'interprétation complète de la PFS, en incorporant le fardeau des symptômes, QOL, et NCF est en cours. Support: NCI U10 CA 21661, U10 CA37422, et Genentech. Information du procès clinique: NCT00884741.
Asco 2013
2000-
Essai randomisé GLARIUS de Bevacizumab (Avastin) + Iritonecan (CPT-11, Campto) et radiothérapie versus temozolomide (Temodal) et radiothérapie pour patients avec glioblastome nouvellement diagnostiqués et MGMT non méthylé. U.Herrlinger
Article original
Auteurs : Ulrich Herrlinger, Niklas Schaefer, Joachim Peter Steinbach, Astrid Weyerbrock, Peter Hau, Roland Goldbrunner, Franziska Friedrich, Florian Stockhammer, Florian Ringel, Christian Braun, Ralf Kohnen, Barbara Leutgeb, Claus Belka, Horst Urbach, Walter Stummer, Martin Glas; Division of Clinical Neurooncology, Department of Neurology and Center of Integrated Oncology Cologne/Bonn, University of Bonn, Bonn, Germany; Senckenberg Institute of Neurooncology, Frankfurt, Germany; Department of Neurosurgery, University of Freiburg, Freiburg, Germany; Department of Neurology and Wilhelm Sander NeuroOncology Unit, University Hospital Regensburg, Regensburg, Germany; Department of Neurosurgery, University of Cologne and Center of Integrated Oncology Cologne/Bonn, Cologne, Germany; Department of Radiation Oncology, University of Leipzig, Leipzig, Germany; Department of Neurosurgery, University of Goettingen, Goettingen, Germany; Department of Neurosurgery, Klinikum rechts der Isar Technical University of Munich, Munich, Germany; Department of General Neurology, University of Tuebingen, Tuebingen, Germany; Research Pharmaceutical Services, Inc., Nuremberg, Germany; Roche Pharma AG, Grenzach-Wyhlen, Germany; Department of Radiation Oncology, Ludwig Maximilians University Munich, Munich, Germany; Department of Radiology, Division of Neuroradiology, University of Bonn, Bonn, Germany; Department of Neurosurgery, University of Munster, Munster, Germany; Division of Clinical Neurooncology, Department of Neurology and Center of Integrated Oncology Cologne/Bonn and Stem Cell Pathologies Group, University of Bonn and Clinical Cooperation Unit Neurooncology, MediClin Robert Janker Clinic, Bonn, Allemagne
L'article original

Résumé :
Chez les malades avec glioblastome et MGMTnon méthylé (GBM), la chimiothérapie fondamentale de temozolomide (TMZ) est modérément efficace. Il y a un besoin urgent de thérapies plus efficaces pour ce grand sous-groupe de GBM. Depuis les résultats d'un essai de phase II avec le bevacizumab, un médicament antiangiogénique (BEV) + / - irinotecan (IRI) prometteur dans le GBM périodique, le procès GLARIUS a exploré l'efficacité de BEV/IRI comparé à TMZ standard en 1ère ligne de thérapie pour les malades avec GBM et MGMT non méthylé.
Méthodes :
Dans l'essai randomisé, multicentrique, GLARIUS, pour les malades adultes avec glioblastome récemment diagnostiqué et histologiquement confirmé avec MGMT non méthylé ont reçu la radiothérapie locale (RT, 30 x 2 Gy) et a randomisé en 2 bras, le bras 1 avec thérapie expérimentale avec BEV (10 mg/kg toutes les 2 semaines) pendant RT a suivi par un entretien de BEV (10 mg/kg toutes les 2 semaines) + IRI (125mg/m² youtes les 2 semaines (sous antiépileptique non enzyme-induisant, non EIAEDs) ou 340 mg/m² (avec EIAEDs)) ou le bras 2, thérapie standard avec TMZ journalier (75 mg/m2) pendant RT a suivi par 6 cours de TMZ (150-200 mg/m2/ 5/28 jours. Le point final fondamental était le taux de la survie sans progression après 6 mois (PFS-6) déterminé par révision neuroradiologique centrale.
Résultats :
170 malades ont participé (67,1% hommes, âge médian de 56 ans (gamme 25-78 ans), 48,8% de taux de la résection complet, 78% de malades avec KPS >=90% . 116/170 malades ont reçu BEV/IRI, 54/170 malades avaient TMZ. Les fréquences d'événements contraires dans les deux bras étaient dans la gamme attendue. Le taux PFS-6 était considérablement plus haut dans le bras BEV/IRI (71,1%, 58,1-80.8%) que dans le bras TMZ (26,2%).
Conclusions :
L'augmentation considérable et d'une manière clinique significative du point final fondamental PFS-6 sur la chimiothérapie BEV/IRI suggère que BEV/IRI est supérieur à la thérapie TMZ standard chez les malades avec glioblastome récemment diagnostiqué avec GBM non méthylé. Information du procès clinique: 2009-010390-21.

Asco 2013
2001-Essai de phase II randomisé bevacizumab versus bevacizumab +lomustine pour glioblastome récurrent W.Taal *
Auteurs : Author(s): Walter Taal, Hendrika M Oosterkamp, Annemiek M.E. Walenkamp, Laurens Victor Beerepoot, Monique Hanse, J. Buter, Aafke Honkoop, Dolf Boerman, Filip Yves Francine Leon De Vos, Rob L. Jansen, Franchette W.P.J. van den Berkmortel, Dieta Brandsma, Johan M Kros, Jacoline E Bromberg, Irene van Heuvel, Marion Smits, Bronno van der Holt, Rene Vernhout, Martin J. Van Den Bent, Landelijke Werkgroep voor NeuroOncologie; Erasmus MC, Rotterdam, Netherlands; Medisch Centrum Haaglanden, Den Haag, Netherlands; Department of Medical Oncology, University Medical Center Groningen, Groningen, Netherlands; St Elisabeth Hospital, Tilburg, Netherlands; Catharina Ziekenhuis, Eindhoven, Netherlands; VU University Medical Center, Amsterdam, Netherlands; Isala Kliniek, Zwolle, Netherlands; Rijnstate Ziekenhuis, Arnhem, Netherlands; Utrecht University Medical Center, Utrecht, Netherlands; Department of Medical Oncology, Maastricht University Medical Center, Maastricht, Netherlands; Atrium Medical Center, Heerlen, Netherlands; Department of Neurology, the Netherlands Cancer Institute - Antoni van Leeuwenhoek, Amsterdam, Netherlands; Department of Neuropathology, Erasmus MC–Daniel den Hoed Cancer Center, Rotterdam, Netherlands
Pays Bas
L'article original
Résumé :
Bevacizumab (BEV) est utilisé largement dans le glioblastome récurrent, seul ou en combinaison avec d'autres agents. Il n'y a cependant aucun essai bien contrôlé pour supporter l'usage de cette indication.
Méthodes :
Dans trois bras multicentriques hollandais randomisés de phase II (NTR 1929) les malades ont été assignés soit sur BEV 10 mg/kg en iv toutes les 2 semaines, ou BEV 10 mg/kg en iv toutes les 2 semaines et 110 mg/m2 de lomustine toutes les 6 semaines, ou lomustine 110 mg/m2 toutes les 6 semaines. Éligibles, les malades avec glioblastome histologicquement avéré, avec une première récidive après la radio-chimiothérapie de temozolomide, ayant conclu la radiothérapie depuis plus de 3 mois, avec moelle épinière adéquate, fonction rénale et hépatique, et statut de la performance (PS) 0-2. Le point final était la survie totale à 9 mois (OS); P0 a été mis à 35% et P1 à 55%. La Progression a été définie en utilisant les critères RANO. Une révision de la sécurité après les 10 premiers malades dans le bras bevacizumab+lomustine était planifié.
Résultats :
Entre décembre 2009 et novembre 2011,
153 malades ont été enrôlés, 148 ont été considérés éligible. L'âge médian était de 57 ans (gamme, 24-77) et médiane PS det 1. Les groupes étaient équiprobables. Après examen de la cohorte avec b+lomustine, le dosage a été baissé à 90 mg/m2 à cause de toxicité hématologique (d'une manière prédominante thrombocytopénie sans symptômes). À ce dosage inférieur de lomustine, le traitement de la combinaison était bien toléré. Résultat: voyez le tableau ci-après.
Conclusions :
Dans cette première étude bien contrôlée sur BEV dans le glioblastome récurrent avec un point final fondamental, la survie totale,
la combinaison de bevacizumab et lomustine a obtenu de meilleurs résultats que les les médicaments lomustine ou bevacizumab en monothérapie.

n: nombre de patients, PFS: survie sans progression, CI: intervalle de confiancel, mo: mois

Asco 2013
2002-Réponse tumorale avec des critères Macdonald adaptés et estimations de pseudo-progressions dans l'essai de phase III AVAGLIO de Bevacizumab+Temozolomide+radiothérapie sur glioblastomes nouvellement diagnostiqués W. Wick
Auteurs : Author(s): Wolfgang Wick, Timothy Francis Cloughesy, Ryo Nishikawa, Warren Mason, Frank Saran, Roger Henriksson, Magalie Hilton, Yannick Kerloeguen, Oliver L. Chinot; University of Heidelberg Medical Center, Heidelberg, Germany; University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; Saitama Medical University International Medical Center, Saitama, Japan; Princess Margaret Hospital, Toronto, ON, Canada; The Royal Marsden NHS Foundation Trust, London, United Kingdom; Regional Cancer Center Stockholm; Umeå University Hospital, Stockholm/Umeå, Sweden; F. Hoffmann-La Roche Ltd, Basel, Switzerland; Aix-Marseille University, AP-HM, Service de Neuro-Oncologie, CHU Timone, Marseille, France
L'article original :

Résumé :
Jusqu'à récemment les critères fondamentaux pour répartir la réponse à la thérapie GBM étaient les critères de Macdonald et al. (JCO 1990;8:1277–80). Les avancées dans les thérapies ciblées avec la prise d'images IRM a montré ses limites, adressées en 2010 pour une Estimation de la Réponse en Neuro-Oncologie. Avant ceci, les critères pour analyser l'essai AVAglio selon les critères Macdonald étaient inadaptés pour juger de la réponse aux traitements anti-angiogéniques ou corticosteroïdes. On a pu utiliser les IRM avec produit de contraste en intégrant un algorithme strict pour standardiser les estimations de pseudo-progressions PsPD possibles.
Méthodes :
921 patients randomisés qui ont reçu T/RT + Bv ou placebo (P), 6 semaines; 28 jours sans et ensuite entretien T + Bv ou P (6 cycles) ou monothérapie Bv ou P jusqu'à toxicité inacceptable ou progression. La réponse de la tumeur était analysée par IRM (adapté des critères Macdonald) à ligne de base (BL), à la fin du repos de 28 jours, puis tous les 2ème cycle d'entretien, toutes les 9 semaines pendant la monothérapie, jusqu'à progression PD et 9 semaines post PD. les pseudo-progressions PsPD était réparties à la fin de la cassure de 28 jours. Une augmentation d'au moins 25% par rapport à la ligne de base, même en l'absence de détérioration clinique a été répartie comme PsPD. La confirmation de l'estimation PsPD était faite à la fin du 2e cycle d'entretien. Si la progression était confirmée, PsPD était désignée rétrospectivement comme PD. Si PsPD n'était pas confirmée, les patients restaient sur leur traitement et les 1er post RT que MRI a été utilisé comme un nouveau BL. Meilleur ORR a été évalué dans pts avec les lésions à BL, à l'exclusion de pts avec PsPD invétéré.
Résultats :
Le point final fondamental de survie sans progression PFS était plus long pour les patients qui ont reçu Bv+RT/T comparé avec P+RT/T (HR 0.64, 95% CI 0.55–0.74; p <0.0001). ORR et PsPD figurent dans le tableau ci-après.
Conclusions :
Addition de Bv à 1ère ligne T/RT améliore l'ORR considérablement. Le taux de PsPD était bas dans les deux bras. Information du procès clinique: NCT00943826.

Asco 2013
2003-Essai randomisé d'adjuvant dose-dense (dd) de temozolomide (TMZ) avec permutations de thalidomide (Thal), isotretinoïne (CRA), et/ou celecoxib (Cel) pour glioblastome récemment diagnostiqué (GRD). Etats-Unis

Auteurs : Mark R. Gilbert, Kenneth R. Hess, Lore Lagrone, Morris D. Groves, Victor A. Levin, John Frederick De Groot, Monica Elena Loghin, Vinay K. Puduvalli, Michael Fisch, Pierre Giglio, Howard Colman, Charles A. Conrad, Kenneth D. Aldape, W. K. Alfred Yung, M. D. Anderson CCOP, Brain Tumor Trials Collaborative; University of Texas M. D. Anderson Cancer Center, Houston, TX; Redwood City Medical Center, Redwood City, CA; MUSC Hollings Cancer Center, Charleston, SC; University of Utah, Salt Lake City, UT
L'article original :
Résumé :
La radiothérapie concourante avec temozolomide suivie par 6-12 mois d'adjuvant TMZ (jours 1-5/28) est le niveau courant de soin pour les malades avec GBM récemment diagnostiqué. L'addition de médicaments cytostatiques ou de transduction du signal peut rehausser l'efficacité sans une augmentation considérable dans la toxicité. Un essai de phase I (Neuro Oncologie 2009) a établi la sécurité de temozolomide dose intense journalière avec 2 ou 3 médicaments cytostatiques. 
Méthodes :
C'est un essai de phase II randomisé qui a été mené par BTTC et le MDACC CCOP. Les objectifs fondamentaux étaient de déterminer si des médicaments cytostatiques ajoutés à temozolomide dose intense ddTMZ change des résultats (PFS, OS). Les critères d'éligibilité étaient le glioblastome GBM récemment diagnostiqué et confirmé au niveau central, pour adultes de plus de 18 ans, KPS au moins égal à 60, tumeur stable ou améliorée après la radiochimiothérapie (les pseudoprogressions étaient permises), statut hématologique correct comme la fonction rénale et hépatique. Les patients étaient assignés à 12 traitements d'un cycle de 28 jours dans 8 bras de combinaisons différentes de temozolomide 150 mg/m2/jour 7 jours oui et 7 jours non, en combinaison avec 1 ou 2 médicaments supplémentaires Thalidomide Thal, isotrétinoïne CRA, ou Celecoxib Cel. 
Résultats :
155 malades ont été inscrits de 11/2005 à 9/2010 dans les 8 bras. L'âge médian était de 53 ans (18-84 ans) et KPS médian de 90 (60-100). Comparé avec TMZ seul, le régime TMZ+CRA avait une survie sans progression PFS pire (10,5-6,5 mois) et une survie totale OS (21,2, 11,7 mois. Des tendances ont aussi été observées pour des résultats pires (PFS, OS) avec des régimes contenant isotrétinoïne CRA, mais OS amélioré dans le bras celecoxib Cel et aucun impact dans le bras thalidomide Thal. Une tendance forte dans l'amélioration de l'OS a été observée pour des régimes triples comparés avec les régimes doubles (20,1 mois contre 17,0 mois), mais aucune différence pour la survie sans progression PFS. Le traitement a bien été toléré avec de hauts niveaux attendus 3/4 de lymphopénie, et en général une toxicité modeste. 
Conclusions :
Tout indique
que l'addition de isotrétinoïne CRA à temozolomide dose intense ddTMZ peut être nuisible chez les malades avec glioblastome GBM récemment diagnostiqué. Cette étude a démontré l'utilité du dessin factoriel dans l'efficacité des combinaisons de médicaments, l'impact de ces médicaments pris individuellement dans des combinaisons aussi bien que dans des régimes double ou triple et a montré son utilité dans l'étude de combinaisons difficiles de ces médicaments.
Asco 2013
2004-Résultats de la fonction neurocognitive chez les patients de l'essai RTOG 0825 J.S. Wefel
Auteurs : Jeffrey Scott Wefel, Stephanie L. Pugh, Terri S. Armstrong, Mark R. Gilbert, Minhee Won, Merideth M Wendland, David Brachman, Ritsuko Komaki, Ian R. Crocker, H. Ian Robins, R. Jeffrey Lee, Minesh P. Mehta; The University of Texas M.D. Anderson Cancer Center, Houston, TX; Radiation Therapy Oncology Group, Philadelphia, PA; University of Texas Health Science Center School of Nursing, Houston, TX; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; Willamette Valley Cancer Institute, Eugene, OR; Arizona Oncology Services Foundation, Phoenix, AZ; Department of Radiation Oncology, Emory University, Atlanta, GA; University of Wisconsin Hospitals and Clinics, Madison, WI; Intermtn Medcl Ctr, Salt Lake City, UT; Northwestern Memorial Hospital, Chicago, IL
L'article original :
Résumé :
RTOG 0825 est un essai d'évaluation des survies totale (OS) et survies sans progression (PFS) chez les malades avec glioblastome GBM récemment diagnostiqué traité avec chimioradiothérapie standard avec temozolomide et entretien temozolomide+placebo (Bras 1) versus temozolomide+bevacizumab (Bras 2). Pendant qu'OS était équivalent, PFS était plus long dans Bras 2, la fonction neurocognitive a été analysée pour évaluer l'avantage clinique par le test longitudinal NCF.
Méthodes :
La fonction neurocognitive NCF à la ligne de base a été évaluée et ensuite pendant l'essai et la progression avec une épreuve verbale
(HVLT-R), le test de piste (TMT) et l'association de mots orale (COWA). Les différences entre les 2 bras du traitement ont été comparées. En outre, NCF à la ligne de base (B) et aux premiers changements (CE) (B à semaine 10) ont été examinés en facteurs pronostiques.
Résultats :
542 malades inscrits, et 507 malades randomisés. Le taux de l'achèvement de l'épreuve à semaines 0 (B), 10, 22, et 34 était de 94-97% 69-73%, 59-64%, et 53-58%, respectivement. La performance de l'épreuve moyenne à B était équivalente entre les 2 bras. Il n'y avait aucune différence entre les 2 bras dans la fréquence d'amélioration à la semaine 34. Le déclin sur COWA (mesure verbale de fonction exécutive) à semaine 34 par rapport à la ligne de base B était plus habituel (16,1% contre 5,7%) dans le bras 1, alors qu' il y avait des tendances pour plus de déclin dans le bras 2 sur la fonction exécutive (TMT 34/B, 22,2% contre 35.4%). La performance B et CE dans NCF global, la mémoire, la fonction exécutive et la vitesse étaient pronostiques pour OS. À B, NCF global était pronostique pour PFS. CE dans NCF global, la mémoire et fonction exécutive étaient pronostiques pour PFS
Conclusions :
Il y avait une différence importante dans la fréquence de déclin pour l'épreuve verbale de la fonction exécutive à la semaine 34 en faveur du Bras 2. Cependant, cela n'a pas été trouvé dans les premiers temps et n'a pas été trouvé sur une épreuve de fonction exécutive.
NCF à B et CE étaient pronostiques pour OS et PFS. Le modèle longitudinal est progressif pour évaluer plus loin l'impact de traitement sur les malades ' NCF. Support: U10 CA21661, U10 CA37422 et Genentech, Inc. Information du procès clinique: NCT00884741
Asco 2013
2005-Survie sans progression et qualité de vie dans l'essai de phase III AVAGLIO R. Henriksson
Auteurs : Roger Henriksson, Andrew Bottomley, Warren Mason, Frank Saran, Wolfgang Wick, Ryo Nishikawa, Timothy Francis Cloughesy, Antoine F Carpentier, Khe Hoang-Xuan, Petr Kavan, Dana Cernea, Alba Ariela Brandes, Magalie Hilton, Ana Maria Abajo Guijarro, Arliene Ravelo, Oliver L. Chinot; Regional Cancer Center Stockholm; Umeå University Hospital, Stockholm/Umeå, Sweden; Quality of Life Department, European Organisation for Research and Treatment of Cancer (EORTC), Brussels, Belgium; Princess Margaret Hospital, Toronto, ON, Canada; The Royal Marsden NHS Foundation Trust, London, United Kingdom; University of Heidelberg Medical Center, Heidelberg, Germany; Saitama Medical University International Medical Center, Saitama, Japan; University of California, Los Angeles, Los Angeles, CA; Department of Neurology, Hôpital Avicenne, AP-HP and Paris 13 University, Assistance Publique-Hopitaux de Paris, Hopital Avicenne, Bobigny and Paris, France; Assistance Publique–Hôpitaux de Paris, UPMC, CRIMC, Paris, France; Department of Oncology, McGill University, Montreal, QC, Canada; Oncology Institute, Cluj-Napoca, Romania; Medical Oncology Department, Bellaria-Maggiore Hospital, Azienda USL of Bologna, Bologna, Italy; F. Hoffmann-La Roche Ltd, Basel, Switzerland; Genentech Inc., South San Francisco, CA; Aix-Marseille University, AP-HM, Service de Neuro-Oncologie, CHU Timone, Marseille, France Europe
L'article original :
Résumé :
Le GBM est une maladie grave avec un pronostic pauvre, qui réduit la qualité de vie HRQoL. Les thérapies symptomatiques pour le GBM, tel que les corticoïdes (CS), peuvent aussi réduire la santé du patient.
Méthodes :
Avaglio, est un essai randomisé, double aveugle, + placébo ou + bevacizumab au traitement standard de radiochimiothérapie avec temozolomide journalier 75 mg/m2 du glioblastome qui a évalué l'addition de Bv ou P (10mg/kg, toutes les 2semaines) à 6 semaines de T (75mg/m2/jour) + RT (2Gy, 5jours/semaine a suivi de 28 jours sans traitement et de 6 cycles de T (150–200 mg/m2/j, 5/28 jours) avec Bv ou P (10 mg/kg, toutes les 2 semaines), et ensuite Bv seul ou P (15 mg/kg, toutes les 3 semaines) jusqu'à progression de la maladie (toxicité ou progression PD)/inacceptable.
Les points finals étaient la survie sans progression PFS et la survie totale. Les points finals secondaires ont inclus HRQoL (EORTC QLQ-C30 et BN20, avec 5 domaines précisés basés sur la pertinence dans le GBM. Le temps à détérioration définitive (TDD) de HRQoL a été défini comme le temps à détérioration d'au moins 10 points par rapport à la ligne de base sans amélioration subséquente, PD, ou mort. Les endpoints d'exploration ont inclus KPS et l'usage des corticoïdes CS
Résultats :
Les caractéristiques des groupes à la ligne de base ont bien été équilibrées.
Bv a prolongé PFS considérablement, médiane de 10,6 mois contre 6,2 mois et a différé le temps à détérioration TDD dans HRQoL comparé avec P, voir le tableau ci-dessous. KPS >= 70%) a été maintenu pendant la PFS dans les 2 bras (Bv médiane de 9 mois contre 6 mois pour P). Parmi les patients sous corticoïdes CS (au moins 2mg) à la ligne de base, l'interruption (au moins 5 jours consécutifs) était plus fréquente avec Bv que P (66% contre 47%). Chez les patients avec CS à ligne de base <2mg, le temps à initiation des corticoides CS était considérablement plus long avec Bv que P (médiane de 12,3 mois contre 3,7 mois).
Conclusions :
L'addition de Bv à RT/T a fourni une amélioration de la PFS de manière clinique significative et statistiquement considérable associée avec une qualité de vie améliorée HRQoL et un KPS augmenté, et a réduit l'exigence de corticoïdes CS. Information du procès clinique: NCT00943826.

Asco 2013
2006-Essai de phase III randomisé double aveugle de donepezil chez les survivants avec tumeur de cerveau irradiés. S.R. Rapp
Auteurs :Stephen R. Rapp, Doug Case, Ann Peiffer, Michelle Joy Naughton, Volker W. Stieber, Gerald K. Bayer, Paul A. Bilodeau, Dennis Frederic Moore, Steven Charles Falchuk, Burton M. Needles, James Piephoff, William j Edenfield, Jeffrey K. Giguere, Nicholette Erickson, Monica Elena Loghin, Edward G. Shaw; Wake Forest University, School of Medicine, Winston Salem, NC; Wake Forest University, School of Medicine, Winston-Salem, NC; Forsyth Regional Cancer Center, Winston-Salem, NC; Green Bay Oncology, Green Bay, WI; Medical College of Georgia, Augusta, GA; Cancer Center of Kansas, Wichita, KS; Medical Arts Pavil, Newark, DE; St John's Mercy Medical Center, St, Louis, MO; St. John's Mercy Hospital, St Louis, MO; Cancer Centers of the Carolinas, Greenville, SC; Cancer Centers of the Carolinas, Seneca, SC; Central Maine Medical Center, Lewiston, ME; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX 
Etats-Unis
L'article original :
Résumé :
Cette analyse RCT a réparti l'effet de 24 semaines de 5-10 mg par jour de D donepezil, un inhibiteur de l'acétyl cholinesterase, sur le fonctionnement cognitif (endpoint fondamental), la fatigue, l'humeur et la qualité de vie QOL chez les survivants avec tumeur de cerveau à long terme qui ont suivi une radiothérapie partielle ou totale de cerveau. Les résultats cognitifs sont rapportés ici.
Méthodes :
De 2/2008 à 12/2011,198 survivants de tumeurs primaires adultes et métastases, 6 mois au moins après la fin de la radiothérapie d'au moins 30 grays ont été inscrits sur 24 sites, 3 CTSU place et M.D. lAnderson Cancer Centre, et randomisés pour recevoir D donepezil (n=99) ou P placebo (n=99). La fonction Cognitive a été répartie à ligne de base, puis après 12 et 24 semaines avec l'épreuve verbale (HVLT-R), le test de piste (TMT) et l'association de mots orale (COWA). Un score Composite Cognitif (CC) était le résultat fondamental.
Résultats :
L'échantillon était à 91% de race blanche, 54% de femme, 'âge médian de 55 ans. 66% avaient des tumeurs fondamentales, 27% des métastases du cerveau et 8% des PCI. le temps médian depuis le diagnostic était de 38 mois. 95% avaient un ECOG 0-1. 74% ont complété l'étude. Les points CC ont été amélioré considérablement après 24 semaines dans les deux bras. Cependant, il n'y avait pas de différence statistiquement importante entre les groupes. Le groupe Donepezil a mieux exécuté que le placebo la reconnaissance HVLT et la discrimination. Dans tous les cas, l'avantage de donepezil, relatif à placebo, était plus grand pour ceux qui avaient les scores à la ligne de base pires.
Conclusions :
Les survivants à long terme de tumeur de cerveau traités avec radiothérapie de cerveau qui ont un affaiblissement cognitif peuvent bénéficier de 5-10mg de donepezil sur 24 semaines. Des améliorations dans la mémoire verbale, la mémoire active, et la performance psychomotrice ont été observées dans ce groupe. (L'étude supportée par NIH/NINR en accorde 5R01NR009675-04, NIH/NCI accordent 2 U10 CA 81851-09-13 et Eisai, Inc.) information du procès Clinique: NCT00369785.
Asco 2013
2007-Temozolomide versus radiothérapie sur gliome de bas grade avec 1p délétion, essai randomisé de phase III, EORTS/NCIC/CTG/TROG/MRC-CTU/EORTC 22033-26033 B.G. Baumert *
Auteurs :
Brigitta G Baumert, Warren P. Mason, Gail Ryan, Jacoline E Bromberg, Martin J. Van Den Bent, Khê Hoang-Xuan, Alba Ariela Brandes, Guy Kantor, Martin JB Taphoorn, Mohamed Ben Hassel, Jeremy Rees, Wolfgang Wick, Andreas Von Deimling, Christian Hartmann, Johan M Kros, Monika E. Hegi, Nicolas Dif, Denis A. Lacombe, Thierry Gorlia, Roger Stupp; Department of RadiationOncology (MAASTRO), GROW (School for Oncology), Maastricht University Medical Center, Maastricht, Netherlands; Princess Margaret Hospital, University of Toronto, Toronto, ON, Canada; Department of Radiation Oncology, Peter MacCallum Cancer Centre, Melbourne, Australia; Erasmus MC, Rotterdam, Netherlands; Erasmus University Medical Center, Rotterdam, Netherlands; APHP-CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France; Medical Oncology Department, Bellaria-Maggiore Hospital, Azienda USL of Bologna, Bologna, Italy; Department of Radiotherapy, Institut Bergonié, Comprehensive Cancer Center, Bordeaux/University Bordeaux Segalen, Bordeaux, France; Department of Neurology, Medical Center Haaglanden, The Hague, Netherlands; Departments of Medical Oncology and Radiotherapy, Centre Eugène Marquis, Rennes, France; National Hospital for Neurology and Neurosurgery, London, United Kingdom; University of Heidelberg Medical Center, Heidelberg, Germany; Institute of Pathology, Dept Neuropathology, University of Heidelberg, INF 224, and CCU Neuropathology German Cancer Research Center (DKFZ, Heidelberg, Germany; Department of Neuropathology, Institute of Pathology, Medizinische Hochschule, Hannover, Germany; Department of Neuropathology, Erasmus MC–Daniel den Hoed Cancer Center, Rotterdam, Netherlands; University of Lausanne Hospitals, Lausanne, Switzerland; European Organisation for Research and Treatment of Cancer Headquarters, Brussels, Belgium; European Organisation for Research and Treatment of Cancer, Brussels, Belgium; University Hospital Zurich, Zurich, Switzerland Europe
L'article original
Résumé :
Les résultats des gliomes de bas grade (LGG) sont très variables. Nous avons enquêté de savoir
si chimiothérapie fondamentale par rapport à radiothérapie standard (RT) prolonge la survie sans progression PFS et la survie totale (OS), et si des facteurs moléculaires pronostiques pourraient être définis.
Méthodes :
Les malades progressifs, symptomatiques ou à haut risque avec un LGG qui exige le traitement autre que chirurgie ont été randomisés (après stratification selon statut 1p) au bras radiothérapie de 50,4 grays en 28 fractions ou temozolomide dose-dense TMZ (75 mg/m² x journalier 21/28 jours, 12 cycles). Le point final fondamental était PFS, les analyses secondaires ont inclus OS et l'impact du statut 1p.
Résultats :
477 malades ont été randomisés (de 2005 à 2012, suivi médian, FU, 45,5 mois). L'Analyse a été exécutée après 246 événements de progression. Une toxicité hématologique d'au moins niveau 3 a été observée chez 9,4% de malades TMZ. PFS et OS n'étaient pas différents dans les 2 bras. Les médianes n'ont pas été atteintes. La suppression 1p était un facteur pronostique positif indépendant du traitement.
Conclusions :
En première ligne traitement TMZ comparé à RT n'améliore pas PFS chez les malades avec LGG à haut risque. Il y avait
une tendance pour PFS inférieur chez les malades traités par TMZ avec 1p intact, pendant qu'OS peut être meilleur chez les patients avec 1p malades effacé ayant reçu TMZ. L'analyse des survie exige un temps supplémentaire pour les données.

Asco 2013
2008-Essai de phase II Radio-chimiothérapie de Temodal sur gliomes de bas grade à haut risque, résultats préliminaires essai RTOG 0424 B.J. Fisher
Auteurs : Barbara Jean Fisher, Jeff Lui, David R. Macdonald, Glenn Jay Lesser, Stephen Coons, David Brachman, Samuel Ryu, Maria Werner-Wasik, Jean-Paul Bahary, Chen Hu, Minesh P. Mehta, Radiation Therapy Oncology Group; Department of Radiation Oncology, London Regional Cancer Program, London, ON, Canada; Radiation Therapy Oncology Group, Philadelphia, PA; London Regional Cancer Program, London, ON, Canada; Wake Forest University, School of Medicine, Winston-Salem, NC; Barrow Neurological Institute, Pheonix, AZ; Arizona Oncology Services Foundation, Phoenix, AZ; Henry Ford Hospital, Detroit, MI; Thomas Jefferson University Hospital, Philadelphia, PA; Centre Hospitalier de l'Universite de Montreal, Montreal, QC, Canada; Northwestern Memorial Hospital, Chicago, IL Etats-Unis
L'article original :
Résumé :
Le point final fondamental de RTOG 0424 était de comparer la survie à 3 ans (OS) d'un régime concourant et adjuvant de temozolomide et radiothérapie (RT) dans une population de gliomes de bas grade à haut risque (LGG), pour le taux de survie à 3 ans et une estimation du haut risque EORT chez les malades avec LGG rapporté par Pignatti et al (J Clin Oncol 2002;20(8):2076-84). Les points secondaires étaient la survie sans progression (PFS), la toxicité, la qualité de vie et l'analyse moléculaire.
Méthodes :
Les patients avec LGG et au moins 3 hauts facteurs de risque (âge> = 40, histologie astrocytome dominante, tumeur traversant la ligne médiane, tumeur supérieure à 6 centimètre ou statut de la fonction neurologique préopératif >1) était éligibles et traité avec radiothérapie de 54 grays en 30 fractions + TMZ concourant 75 mg/m2 / jour pour 6 semaines et post RT TMZ 1-5 jours/28 jours à 150-200 mg/jour jusqu'à 12 cycles. L'étude a été conçue pour détecter une augmentation de 43% dans la survie médian (MST) de 40,5 à 57,9 mois, et une 20% amélioration du taux de survie à 3 ans de 54% à 65%.
Résultats :
Entre 2005 et 2009,
136 pts ont participé.129 (75 hommes, 54 femmes) était évaluables. L'âge médian était de 49 ans, 91% avaient un score Zubrod 0-1 et 69%, 25% et 6% des pts avaient 3, 4 et 5 facteur de haut risque respectivement. Avec un temps de suivi médian de 4,1 ans, MST n'a pas été atteint. Le taux OS à 3 ans était de 73,1%, amélioré considérablement par rapport au groupe contrôle historique. Aucune différence dans l'OS estimé pour les pts avec 3, 4 ou 5 hauts facteurs de risque n'a été observée. PFS à 3 ans était de 59,2%. Des Niveaux 3 d'événements contraires (AE) se sont produits chez 43% des pts et un niveau 4 d'AE chez 10%, à l'origine hématologique, constitutionnel ou gastro-intestinal (nausée, anorexie) toxicité. Un malade est mort d'encéphalite de l'herpès. Des analyses secondaires sont en cours. La qualité de vie pendant la radiothérapie était acceptable dans 95% des cas et 74% des pts ont terminé le protocole de chimiothérapie.
Conclusions :
Les taux de survie OS à 3 ans estimées à 73,1% pour ces gliomes de bas grade à hauts risques, LGG, sont considérablement plus élevés que ce qui est rapporté pour les contrôles historiques (54% en moyenne). Supporté par RTOG U10 CA21661 et CCOP U10 CA37422 accorde de NCI et Merck information du procès Clinique: NCT00114140.
Asco 2013
2009-Cilengitide + traitement standard pour glioblastomes nouvellement diagnostiqués avec MGMT méthylé, essai randomisé de phase III CENTRIC R. Stupp
Auteurs : Roger Stupp, Monika E. Hegi, Thierry Gorlia, Sara Erridge, Danica Grujicic, Joachim Peter Steinbach, Wolfgang Wick, Rafal Tarnawski, Do-Hyun Nam, Astrid Weyerbrock, Peter Hau, Martin JB Taphoorn, Louis B. Nabors, David A. Reardon, Martin J. Van Den Bent, James R. Perry, Yong Kil Hong, Christine Hicking, Martin Picard, Michael Weller, on behalf of the European Organisation for Research and Treatment of Cancer (EORTC), the Canadian Brain Tumor Consortium, and the CENTRIC Study Team; Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Lausanne, Switzerland; EORTC Data Centre, Brussels, Belgium; Edinburgh Cancer Research UK Centre, Edinburgh, United Kingdom; Institute for Neurosurgery, Clinical Center Serbia, Belgrade, Serbia; Klinikum der J.W. Goethe Universität Frankfurt, Dr. Senkenbergisches Institut für Neuroonkologie, Frankfurt, Germany; Universitätsklinikum Heidelberg, Heidelberg, Germany; Maria Sklodowska-Curie Memorial Cancer-Center and Institute of Oncology Gliwice Branch, Radiotherapy and Chemotherapy Clinic, Gliwice, Poland; Samsung Medical Center, Seoul, South Korea; Universitätsklinikum Freiburg, Allgemeine Neurochirurgie, Freiburg, Germany; Universitätsklinikum Regensburg, Neurologie und Wilhelm Sander-Therapieeinheit NeuroOnkologie, Regensburg, Germany; Medical Center Haaglanden, The Hague, Netherlands; University of Alabama at Birmingham, Birmingham, AL; Dana-Farber Cancer Institute, Boston, MA; Erasmus MC, Rotterdam, Netherlands; Sunnybrook Health Sciences Centre, Toronto, ON, Canada; Catholic University of Korea, Seoul St Marys Hospital, Seoul, South Korea; Merck KGaA, Darmstadt, Germany; University Hospital Zurich, Zurich, Switzerland
L'article original :
Résumé :
Le cilengitide (CIL) est un inhibiteur des intégrines αvβ3 and αvβ5. Dans un essai de phase II chez les malades avec glioblastome récemment diagnostiqué, CIL ajouté à temozolomide standard (TMZ)+ radiothérapie (RT) a montré que ce traitement était bien été toléré et a paru conférer une survie améliorée chez les malades avec glioblastome et le promoteur MGMT méthylé (Stupp et al. J Clin Oncol. 2010;28:2712-8).
Méthodes :
C'est un essai multicentrique, randomisé, de phase III pour patients >= 18 ans avec glioblastome récemment a diagnostiqué, histologiquement prouvé glioblastoe supratentorial (grade IV) et méthylation MGMT vérifiée centralement. Le traitement a consisté en 2 fois CIL 2000 mg i.v hebdomadaire, + temozolomise TMZ/RT puis TMZ standard (concomitant et temozolomide adjuvant et radiothérapie; Stupp et al. N Engl J Med. 2005;352:987-96) ou TMZ/RT puis TMZ standard seul. CIL est administré pour >= 18 mois, ou jusqu'à progression de la maladie ou toxicité inacceptable. Le point final fondamental était la survie totale (OS), les points finals secondaires ont inclus la survie sans progression (PFS) et la sécurité.
Résultats :
272 malades ont reçu CIL + TMZ/RT→TMZ, et 273 ont été traités avec TMZ/RT→TMZ seul (intention de traiter). 54% et 52% de malades étaient masculins, et 42% et 44% avaient ECOG-PS >= 1, respectivement. 75% de malades des deux bras étaient >= 50 ans. En général, les caractéristiques de la ligne de base ont été bien été équilibrées à travers les 2 bras du traitement. OS médian était de 26,3 mois dans les deux bras. PFS Médian était de 13,5 mois dans le bras CIL et 10,7 mois dans le bras contrôle, non CIL. le Traitement a été généralement bien toléré et le profil de sécurité connu de CIL a été confirmé.
Conclusions :
CIL a manqué de prolonger la PFS ou l'OS chez les malades avec glioblastome récemment diagnostiqué et MGMT méthylé. Le profil de sécurité précédemment rapporté de CIL en plus de thérapie standard a été confirmé. Information du procès clinique: NCT00689221.
Asco 2013
2010-Marqueurs moléculaires pronostiques de réponse au bevacizumab selon l'essai RTOG 0825 , essai de phase III comparant Régime standard Stupp à Avaglio E.P. Sulman

Auteurs : Erik P. Sulman, Minhee Won, Deborah T. Blumenthal, Michael A. Vogelbaum, Howard Colman, Robert B. Jenkins, Arnab Chakravarti, Robert Jeraj, Paul D. Brown, Kurt A. Jaeckle, David Schiff, James Dignam, James Norman Atkins, David Brachman, Maria Werner-Wasik, Ritsuko Komaki, Mark R. Gilbert, Minesh P. Mehta, Kenneth D. Aldape; The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston, TX; Radiation Therapy Oncology Group, Philadelphia, PA; Tel Aviv Sourasky Medical Center, Tel Aviv, Israel; Cleveland Clinic Foundation, Cleveland, OH; University of Utah, Huntsman Cancer Institute, Salt Lake City, UT; Mayo Clinic, Rochester, MN; Arthur G. James Cancer Center, The Ohio State University, Columbus, OH; Department of Medical Physics, University of Wisconsin, Madison, WI; Mayo Clinic, Jacksonville, FL; University of Virginia Medical Center, Charlottesville, VA; National Surgical Adjuvant Breast and Bowel Project and SCCC-CCOP, Goldboro, NC; Arizona Oncology Services Foundation, Phoenix, AZ; Thomas Jefferson University Hospital, Philadelphia, PA; University of Maryland, Baltimore, MD
L'article original :
Résumé :
RTOG 0825 a évalué l'addition de BEV à la radiochimiothérapie avec temozolomide CRT standard dans le traitement du glioblastome GBM et la stratification moléculaire incluse pour répartir le degré d'influence du gène mésenchymal (MES). Nous avons enquêté sur la capacité de MES à prédire la réponse à BEV.
Méthodes :
Du tissu congelé FFPE suffisant pour l'analyse moléculaire était
disponible pour 650 malades enregistrés, éligibles. L'analyse PCR TaqMan était réalisée pour utiliser éventuellement la stratification moléculaire de tous les malades et identifier les 43 malades avec MES sur les 234 cas. Un sous-ensemble de spécimens a été soumis à l'expression du génome entière (GEP). Les modèles prophétiques ont été évalués pour leur capacité à prédire la survie totale OS, et la survie sans progression PFS) dans la cohorte du bras BEV après avoir ajusté les facteurs pronostiques et les 2 bras de traitement. Le grouper non supervisé de données GEP a été utilisé pour identifier des sous-ensembles moléculaires et une analyse d'enrichissement de gènes (GSEA) a été exécutée pour évaluer l'enrichissement MES.
Résultats :
Nous avons observé une association considérable entre la signature MES croissante et une PFS et OS pires dans le bras BEV . Basé sur l'association entre une haute expression de MES et les résultats pauvre dans le bras BEV, nous avons cherché à optimiser un prophète qui utilise un ensemble allongé de gènes MES. Avec une sélection impartiale du gène impartiale sur un total de 43 gènes suivis par la machine il a été identifié 10 gènes prophétiques dans le bras BEV pour PFS).
Conclusions :
Nous avons développé
10 gènes prophétiques spécifiques au traitement BEV et qui marche sur échantillons congelés FFPE qui peut servir à identifier des sous-ensembles de malades avec GBM récemment diagnostiqué qui bénéficieront de BEV. Supporté par RTOG accordez U10 CA21661, CCOP accordent U10 CA37422, et SPORE du Cerveau P50 CA127001 du NCI et Genentech. Information du procès clinique: NCT00884741.
Les dossiers suivants

Retour à la page générale