28/10/2018
GFME actualité 320
Page accueil
Suite
Actualité scientifique 320 des glioblastomes



Un traitement contre le cancer, SapC-DOPS, montre des promesses en préclinique

Actualité n°320 du 11 décembre 2010

Actualité précédente 319

Actualité suivante 321

L'original

Un nanomédicament expérimenté in vivo et sur animaux Sap-DOPS a la possibilité de révolutionner la voie de la maladie.

Le composé, appelé SapC-DOPS, vise l'apoptose des cellules tumorales sans provoquer celle des tissus sains, et cela sans effets secondaires apparents, ont déclaré les promoteurs, les laboratoires Bexion qui ont reçu du NCI un prix de l'innovation le 28 septembre 2010 pour ces nanomédicaments.
Les Médicaments Bexion dans Covington qui fabrique le composé projettent de commencer le premier essai clinique sur l'homme vers mi 2011, a précisé Ray Takigiku, Président et PDG de Bexion. Il n'y a pas encore ce genre de médicament dans le pipeline de médicaments disponibles.
Le médicament a été testé seulement sur des échantillons de tumeur et sur des animaux de laboratoire. Il peut fournir un traitement non-toxique que les cellules du cancer ne peuvent combattre ont précisé les experts.
C'est un chercheur en génétique à l'Hôpital d'Enfants de Cincinnati, Centre Médical qui l'a découvert en 2002.
Dans le laboratoire, le médicament a été testé sur plusieurs cancers, mais montre une promesse spéciale pour un traitement énergique du glioblastome et du cancer du pancréas, deux cancers mortels avec peu de traitements efficaces.
"C'est l'une des thérapies les plus passionnantes que j'ai jamais vue", a précisé le neurochirurgien Ronald Warnick, directeur de l'UC Centre de Tumeur de Cerveau. Le Dr Warnick n'a aucun lien, ni aucun intérêt avec Bexion qui a examiné les résultats des essais pré-cliniques sur le médicament.
Le cancer se produit quand des mutations génétiques déclenchent la formation de cellules anormales qui envahissent le tissu normal, sain. La chirurgie est une option du traitement, mais tous les cancers ne peuvent pas être retirés.
La radiothérapie et la chimiothérapie tuent les cellules du cancer, mais elles tuent aussi les cellules saines et cela peut entraîner des effets secondaires débilitants.
Les nouvelles thérapies moléculaires ciblées, sont efficaces en bloquant les signaux génétiques uniques qui créent des nouvelles cellules de cancer.
Mais les scientifiques n'ont pas encore identifié tous les mécanismes de signalisation de croissance, et le cancer est cruellement intelligent, a précisé le Dr. Xiaoyang Qi, généticien à l'hôpital d'enfants de Cincinnati qui a découvert le médicament en 2002.
Les cellules de cancer subissent rapidement des mutations, et elles peuvent devenir résistantes à la chimiothérapie et à la radiothérapie. De plus, les tumeurs sont remarquablement diverses. "Pour la même tumeur, chez le même malade, les profils génétiques sont différents dans les différentes cellules de la tumeur"", a ajouté le Dr. Qi.
Donc, ces thérapies ciblées peuvent travailler sur des parties de la tumeur, mais pas la masse entière.
D'autres mécanismes de défense protègent aussi le cancer.
Les cellules normales savent quand elles ont atteint la fin de leur cycle de la vie, habituellement quelques jours ou quelques semaines avant, elles programment leur renouvellement pour les nouvelles cellules saines.
Mais les cellules du cancer ne veulent pas mourir de cette façon.
Le nouveau médicament peut les forcer à suicide, l'apoptose, a précisé le Dr. Qi.
Le nouveau médicament profite du chemin construit par les cellules de cancer. Comme une coquille de noix, les cellules du cancer sont très acides à cause du chemin qu'elles ont construit, construction unique qui les aide à se cacher du système immunitaire qui ne reconnait plus normalement le cancer comme un envahisseur pour le détruire.
Le nouveau médicament est attiré par l'acide, et se saisit des cellules de cancer qui ingèrent. À l'intérieur de la cellule, des gâchettes libèrent un produit chimique qui les tue.
Si les cellules de cancer évoluent et changent leur structure afin d'éviter le médicament, elles deviennent des cibles pour le système immunitaire, a précisé le Dr Takigiku.
Les nanotechnologies pour le traitement du cancer, comme le médicament développé à l'hôpital d'enfants de Cincinnati, est l'espoir du futur, a précisé le Dr. Jeff Bulte, directeur de la section de la prise d'images IRM à l'Institut Johns Hopkins.
Les Instituts Nationaux de Santé ont établi une nouvelle division qui se concentre sur le développement des nanotechnologies parce que les experts reconnaissent que la chimiothérapie et la radiothérapie sont arrivés aussi loin qu'ils pouvaient.
L'espoir avec les nanotechnologies est que vous pouvez faire entrer dans les cellules des doses de traitement plus agressives.
Avec les thérapies standard habituelles, chimiothérapie et radiothérapie, le problème est que si vous voulez vraiment détruire la tumeur, vous finissez par tuer le malade.
Le médicament est composé de deux substances présentes dans le corps humain, une protéine et un lipide. Le Dr. Qi a combiné les deux substances dans ce qui est appelé un nanovésicule, une bulle minuscule. C'est un nouveau moyen pour délivrer un traitement, et il a est breveté.
Le nouveau médicament a plusieurs avantages sur les traitements du cancer traditionnels : Il ignore les cellules saines, elles ne sont pas suffisamment acides pour l'attirer et les cellules de cancer toxiques, si fortes soit-elles, ne peuvent lui résister.
Il n'a pas été constaté d'effets secondaires malfaisants. Le nanovésicule peut voyager n'importe où dans le corps pour arriver aux cellules du cancer, pénétrer dans le cerveau. Beaucoup de médicaments ne peuvent pas arriver au cerveau parce qu'ils sont bloqués par un mécanisme de défense naturel conçu pour protéger le cerveau des poisons, des bactéries, des virus et autres menaces, la barrière hémato-encéphalique.
La chirurgie est le traitement standard pour la plupart des tumeurs du cerveau, mais il y a des limitations.
Les tumeurs de cerveau ne sont pas enlevées facilement, a précisé le Dr. Warnick. Elles ont habituellement des tentacules minuscules qui sont impossibles à enlever chirurgicalement.
Et, selon où la tumeur est localisée, en découpant des sections de cerveau, le malade peut rester paralysé ou incapable de parler ou de voir.
Le médicament peut arriver aux tentacules que le scalpel ne peut pas atteindre, au moins chez les animaux de laboratoire.
La chimiothérapie et la radiothérapie sont aussi toxiques au tissu sain de cerveau, et souvent inefficaces contre les tumeurs de cerveau à long terme.
Chez les enfants, surtout, les traitements standards de tumeur de cerveau entraine un risque sérieux de dommages dans le développement à long terme de l'enfant, a précisé le Dr. Charles Stevenson, neurochirurgien pédiatrique à l'Hôpital d'Enfants de Cincinnati Centre Médical.
Les Drs. Stevenson et Qi explorent une autre application potentielle au composé, comme il ne s'attache qu'aux seules cellules de on peut le faire délivrer des teintures fluorescentes dans ces cellules, ce qui rendra plus facile leur examen.
Le composé, attiré seulement par les cellules de cancer et qui peut voyager n'importe où dans le corps, et les teintures fluorescentes apparaîtront sur les scanners ou les IRMs.
Les cellules de cancer seront donc visibles dans le corps, a précisé le Dr. Stevenson. Ce sera un grand outil pour aider les neurochirurgiens dans leurs actes. Cela permettra aussi aux docteurs de voir si le cancer s'est étendu, aussi bien que comment il répond au traitement.
Le composé montre une grande potentialité ont ajouté les Drs. Takigiku et Qi. Le produit a été à la hauteur dans les animaux de laboratoire et les cellules de cancer humain cultivées.
Dans les souris de laboratoire greffées avec des tumeurs de cerveau, seules les souris traitées avec le médicament ont survécu, a précisé le Dr. Takigiku.
"C'était un composé mortel", a-t-il précisé, "il n'y a pas de médicament aujourd'hui sur terre qui aurait pu sauver ces souris, excepté le nôtre."
La FDA américaine va examiner l'efficacité du composé dans les essais pré-cliniques sur la souris et sur tissu cultivé, et déterminera si Bexion peut faire des essais sur l'homme.
Une phase I d'essai clinique, si l'autorisation est accordée sera utilisée seulement pour déterminer si le composé est sûr chez les êtres humains. Son efficacité clinique contre le cancer sera déterminée dans des essais ultérieurs.
Le Dr. Qi a découvert le composé en 2002. Il a travaillé depuis lors à temps plein sur le composé.
Le composé a été autorisé à l'hôpital pour enfants Cincinnati en 2006. Le Dr. Qi a continué à étudier le composé, pour d'autres indications, d'autres maladies.
Bexion est une petite compagnie, a précisé le Dr. Takigiku
Ils ont reçu plusieurs subventions initiales de l'Institut National du Cancer et des Instituts Nationaux de Santé qui les ont autorisés à poursuivre leur technologie pour produire le composé.
Si le composé est aussi efficace que les promoteurs l'espère, il n'y a aucun doute qu'une nouvelle marche sera franchie a conclut le Dr. Takigiku, mais il n'y a pas de carte routière", et rien de semblable n'a jamais été fait.

Accueil